•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de la Ville de Québec pour verdir son territoire

Le boulevard Champlain et le quai des Cajeux

Le boulevard Champlain et le quai des Cajeux

Photo : Carl Boivin

Radio-Canada

La Ville de Québec a dévoilé son plan de protection et de mise en valeur de la forêt urbaine. Elle s'engage à augmenter d'ici 2025 de 32 % à 35 % la proportion du territoire recouvert par des arbres, ce qu'on appelle l'indice canopée.

Les mesures du plan sont très variées. Elles comprennent entre autres une intensification de la plantation par les citoyens et la Ville et la lutte à certains insectes ravageurs.

La Ville a ciblé certains secteurs qui sont moins verdoyants et qui seront priorisés dans les phases de plantation. L'arrondissement de la Cité-Limoilou est présenté comme le moins vert avec un indice canopée de 17 %.

Par voie de communiqué, le maire de Québec, Régis Labeaume, parle « d'un objectif ambitieux qui nécessitera des efforts importants pour conserver la canopée existante et pour augmenter le nombre d'arbres plantés ».

Pour Johanne Elsener, présidente de Québec Arbres, le plan « est un grand pas dans la protection de la santé des gens ».

Elle salue l'intensification de la plantation et les objectifs de protection, mais elle déplore que la Ville n'ait pas mis l'objectif de préserver et développer de grands espaces verts en milieu urbain.

Selon elle, de nombreuses villes au pays transforment 12% de leur territoire en zones protégées, ce qui n'est pas prévu dans le plan de Québec.

« Il faut s'assurer qu'il y ait des espaces verts arborés près des gens comme ça ils ont un effet bénéfique sur la santé des gens en dépolluant l'air, et en les incitant à faire de l'exercice », explique Johanne Elsener.

Elle souhaiterait aussi que la Ville révise sa réglementation. La présidente de Québec Arbres estime que les promoteurs sont trop souvent laissés eux-mêmes et les arbres sont les premières victimes de la situation, déplore-t-elle.

« Il faut obliger le promoteur ou l'architecte à s'asseoir avec la Ville pour voir comment on peut construire à cet endroit en protégeant le plus d'arbres. »

Le plan Place aux arbres est en processus de consultation. Les citoyens sont invités à se prononcer en ligne sur document de la Ville jusqu'au 29 janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Affaires municipales