•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’oléoduc Trans Mountain coûtera cher sans rapporter, dit une étude

Des morceaux de pipeline en attente d'être assemblés
Des morceaux de pipeline en attente d'être assemblés Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

L'élargissement du pipeline Trans Mountain, de Kinder Morgan, en Colombie-Britannique ne rapportera pas d'argent, mais essuierait des pertes de 7,4 milliards de dollars, dont 3 milliards en dommages à l'environnement, estime une étude de l'Université Simon Fraser.

Le rapport commandé entre autres par la Living Oceans Society dit que plusieurs facteurs agiront sur les coûts de cet oléoduc qui doit transporter davantage de pétrole entre Edmonton et Burnaby.

En premier lieu, disent-ils, le besoin de pétrole en provenance de l'Alberta est surestimé, car de nombreux projets de pipelines créeront un surplus d'oléoducs jusqu'en 2034, même si Northern Gateway et le controversé projet Keystone XL ne voient pas le jour.

À titre d'exemple, explique le rapport, « la capacité excédentaire en 2020 est l'équivalent d'environ trois espaces vides de la taille [du pipeline] Northern Gateway », un autre oléoduc controversé qui veut rejoindre les côtes de la Colombie-Britannique afin d'acheminer du pétrole albertain vers l'Asie.

Ce pétrole, qui ne sera donc pas transporté dans le pipeline agrandi de Kinder Morgan, aurait un coût pour les deniers publics, car l'État aurait de moindres recettes fiscales.

L'étude souligne aussi que les défenseurs de Trans Mountain ne prennent pas en compte les coûts environnementaux du projet, dont les fuites de pétrole et les émissions de gaz à effet de serre.

Les chercheurs dénoncent également Kinder Morgan, qui ne mentionne pas la baisse importante du prix du pétrole dans ses études et affiche encore des prévisions se portant sur un baril dépassant 100 $ au cours des 20 prochaines années, soit au moins deux fois plus que son prix actuel sur le marché.

Alberta

Économie