•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cartes informent les travailleuses du sexe de leurs droits à Vancouver

In December of 2014 new laws on prostitution came into force as a result of a Supreme court decision against existing laws. Many sex trade workers say the new law is just as bad as the old law, and puts them in danger. It is now legal to be a prostitute, but not to buy sex or to advertise services.

In December of 2014 new laws on prostitution came into force as a result of a Supreme court decision against existing laws. Many sex trade workers say the new law is just as bad as the old law, and puts them in danger. It is now legal to be a prostitute but not to buy sex or to advertise services. Most Canadians responding to the latest poll think prostitution should be leglized

Photo : Jonathan Hayward/The Canadian Press)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De petites cartes informant les travailleuses du sexe de leurs droits ont été créées par l'organisme Pivot Legal de Vancouver qui veut protéger les prostituées de tout harcèlement policier.

Destinées à être distribuées dans le Downtown Eastside, elles rappellent que la police veut assurer la sécurité des prostituées et non plus les arrêter, après un changement de politique interne.

« La police a reconnu récemment que cibler les travailleuses du sexe les mettait en danger », précisent ces imprimés qui ressemblent à des cartes professionnelles lorsqu'elles sont pliées en deux. Désormais, disent-ils, la police doit traiter toute violence commise envers une prostituée et portée à son attention comme un acte criminel à prendre très au sérieux.

Cette nouvelle mesure intervient environ un an après le passage de la loi C-36 qui rend illégal l'achat de sexe et criminalise toute communication entre un client et une travailleuse du sexe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !