•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ubisoft et l'Université Laval, une collaboration profitable

Le téléjournal midi, 24 janvier 2006

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet Fun II mené en collaboration avec le géant des jeux vidéo Ubisoft et l'Université Laval se situe maintenant à mi-parcours. Cette étude lancée en 2013 vise à mieux comprendre les émotions des joueurs afin de créer des jeux mieux adaptés.

L'étude, réalisée au coût de 800 000 $, permet déjà à Ubisoft de modifier certains éléments, comme le souligne Jean-Christophe Gagnon, directeur de la recherche utilisateur chez Ubisoft Québec.

« C'est sûr que des apprentissages se font en cours de chemin. On est déjà capable de les appliquer dans nos jeux vidéo. C'est ça un peu, la magie de la collaboration avec l'Université Laval. »

La série Assassin’s Creed sert à la rechercheAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La série Assassin’s Creed sert à la recherche

Photo : Ubisoft

Jusqu'à maintenant, les chercheurs en psychologie et en neuroscience de l'Université Laval ont analysé le comportement physiologique d'une centaine de participants. Ils tentent de déterminer les moments où le joueur éprouve le plus de plaisir grâce à plusieurs facteurs.

« Des aspects du rythme cardiaque, le regard des joueurs, l'expression faciale, tous ces éléments sont des marqueurs de l'état du joueur. En les combinant, on pense être capable d'extraire une signature physiologique du plaisir », constate Philippe Jackson, professeur titulaire à l'école de psychologie.

Parallèlement aux recherches effectuées par les psychologues de l'Université Laval, d'autres analyses sont effectuées dans les bureaux d'Ubisoft à Québec.

Des maniaques de jeux vidéo se retrouvent sous la loupe d'observateurs. « Ça peut aller aussi au niveau de l'étude des mouvements. Si l'on dénote des signes d'impatience chez les joueurs pendant qu'ils jouent sur de longues périodes, on est capable de creuser et d'aller voir un peu, quel est l'élément qui a généré cette impatience-là. »

Une fois ce projet de recherche terminé, Ubisoft espère adapter en temps réel ses jeux, selon le comportement des joueurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !