•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : les magasins d’alcool privés veulent vendre de la marijuana

Chargement de l’image

Une usine de production de marijuana

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une alliance pour vendre de la marijuana à des fins récréatives dans les magasins d'alcool en Colombie-Britannique s'est formée en attendant la légalisation de cette drogue au Canada.

L'entente réunit l'association des magasins privés (BCPLSA) et le syndicat des employés de la fonction publique (BCGEU) dont les membres travaillent dans des magasins d'alcool de l'État. Ensemble, ils veulent que le cannabis soit proposé dans leurs commerces qui sont habitués, disent-ils, à empêcher les mineurs d'accéder à des substances réglementées.

« La marijuana non médicinale doit être vendue de manière socialement responsable », déclare Damian Kettlewell, le porte-parole de l'association des magasins d'alcools privés. Il rappelle que son industrie vérifie depuis longtemps l'âge de ses clients avant de leur vendre des boissons.

Les deux groupes soulignent dans un communiqué qu'il n'y a pas besoin de « réinventer la roue », car les magasins d'alcool privés et d'État ont déjà des entrepôts et des centres de distribution fonctionnels.

Les magasins seraient donc capables, précise le communiqué, de rajouter du cannabis parmi leurs produits. Les deux organismes espèrent que la vente de marijuana sera autorisée dans leurs magasins en Colombie-Britannique d'ici Noël 2016.

L'entente fait suite à la promesse de campagne du premier ministre Justin Trudeau de légaliser la marijuana au pays s'il remportait les élections fédérales du 19 octobre. Si cela se concrétisait, le Canada rejoindrait l'Uruguay et quatre États américains qui ont légalisé le cannabis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !