•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des personnes âgées tricotent pour les réfugiés syriens à Trois-Rivières

Photo: Marie-Eve Cousineau
Radio-Canada

Une quinzaine de dames âgées de Trois-Rivières tricotent pour la cause des réfugiés syriens. Et pas seulement des tuques. Les tricoteuses de la résidence Chartwell Jardins Laviolette promettent un foulard et une paire de mitaines à 40 des 70 réfugiés syriens attendus à Trois-Rivières d'ici la fin février.

Un texte de Marie-Eve CousineauTwitterCourriel

Chaque samedi après-midi, la résidence Chartwell Jardins Laviolette organise un « tricot-rencontre », une activité permettant aux participantes de confectionner des vêtements tout en socialisant. La direction a récemment proposé aux tricoteuses de joindre leurs aiguilles au mouvement des 25 000 tuques (Nouvelle fenêtre), lancé il y a deux semaines sur Facebook.

« Dès qu'on a lancé l'idée, ça été très facile pour elles de dire oui, dit Yannick Michaud, directeur de Chartwell Jardins Laviolette. Elles ont même dit pourquoi pas faire la tuque, le foulard et les mitaines? »

Ils en ont besoin. Nous autres, on est tellement bien ici. On est dans un pays de paix.

Thérèse Beaumier, résidente et tricoteuse
Le point de dépôt de tuques chez Pompon laine café à Trois-RivièresLe point de dépôt de tuques chez Pompon laine café à Trois-Rivières Photo : Marie-Eve Cousineau

Du Québec à la Colombie-Britannique, en passant par les provinces maritimes, le mouvement des 25 000 tuques prend de l'ampleur au pays. À un point tel que son initiatrice Danielle Létourneau en perd le fil ! 

« On recense maintenant plus d'une centaine de points de chute, estime Danielle Létourneau. On compte plusieurs "chapitres" en régions au Québec. »

C'est notamment le cas de Victoriaville et de Drummondville, qui accueilleront respectivement de 20 et 30 réfugiés syriens en 2015. « Nous avons reçu 15 tuques jusqu'à présent, dit Gabriel Parenteau, coinitiateur de 25 000 tuques - Drummondville. Notre objectif est de 30. »

Le groupe de tricoteurs de Drummondville bénéficie du coup de pouce de la boutique Pingouin & Phildar, qui lui a fait don de 16 balles de laine.

Nous sommes toujours à la recherche de dons de laine.

Gabriel Parenteau, coinitiateur de 25 000 tuques - Drummondville

Le mouvement 25 000 tuques développe actuellement un outil en ligne lui permettant de calculer le nombre de tuques confectionnées d'un bout à l'autre du pays. Mais ce nombre n'est pas une fin en soi, souligne Danielle Létourneau.

Nous, ce qu'on voulait faire, c'est de poser un geste symbolique d'accueil en tant que citoyen, de civil à civil, pour réhumaniser l'arrivée des réfugiés.

Danielle Létourneau, initiatrice de 25 000 tuques

Mauricie et Centre du Québec

Société