•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Les déserts alimentaires coûtent cher aux plus démunis de Winnipeg

    Radio-Canada

    Une analyse de données CBC/Radio-Canada révèle l'existence d'un désert alimentaire de 30 kilomètres carrés dans le centre-ville de Winnipeg, qui englobe notamment les quartiers les plus pauvres de la capitale manitobaine. Plus de 70 000 personnes vivent dans cette zone qui ne contient aucune épicerie de grande surface.

    Déserts alimentaires à Winnipeg

    Déserts alimentaires à Winnipeg

    Photo : Carto DB

    Une analyse de données CBC/Radio-Canada révèle l'existence d'un désert alimentaire de 30 kilomètres carrés dans le centre-ville de Winnipeg, qui englobe notamment les quartiers les plus pauvres de la capitale manitobaine. Plus de 70 000 personnes vivent dans cette zone qui ne contient aucune épicerie de grande surface.

    Les groupes d'experts qui étudient la sécurité alimentaire s'entendent pour dire que les personnes qui résident à plus d'un kilomètre d'une épicerie - identifiés par les points rouges sur la carte ci-haut - ont un faible accès géographique aux commerces alimentaires. Cette difficulté est encore plus marquée pour les pauvres qui n'ont pas de véhicule et moins d'argent pour le transport en commun.

    Katherine Thomas, une mère de sept enfants qui habite l'avenue Burrows dans le quartier North End, a souvent eu à choisir entre payer les factures et mettre de la nourriture sur la table.

    Katherine Thomas, une mère de sept enfants qui habite l'avenue Burrows dans le quartier North End, a souvent eu à choisir entre payer les factures et mettre de la nourriture sur la table.

    Photo : CBC

    Sacrifier pour manger sainement

    Katherine Thomas, une mère de sept enfants qui habite l'avenue Burrows dans le quartier North End, a souvent eu à choisir entre payer les factures et mettre de la nourriture sur la table.

    Elle achète parfois des denrées au dépanneur du quartier, mais la sélection d'aliments frais et sains laisse à désirer. « Il y a trop de malbouffe », constate Mme Thomas. « Si nous achetons trop de repas-minute, notre placard se vide rapidement. »

    Au magasin du coin, tout est vraiment cher : ils demandent un dollar pour un seul rouleau de papier toilette.

    Katherine Thomas

    Comparez le prix du panier d'épicerie au magasin de quartier à celui d'un magasin à grande surface (Nouvelle fenêtre)

    Une fois par mois, Katherine Thomas prend avec ses enfants deux autobus différents pour voyager les sept kilomètres qui la séparent de l'épicerie à grande surface la plus près.

    Une fois par mois, Katherine Thomas prend avec ses enfants deux autobus différents pour voyager les sept kilomètres qui la séparent de l'épicerie à grande surface la plus près.

    Photo : CBC

    Une fois par mois,  la chef de famille monoparentale et ses enfants prennent deux autobus pour parcourir les sept kilomètres qui la séparent de l'épicerie à grande surface la plus près.

    Elle doit ensuite payer le taxi pour ramener sa famille et ses achats à la maison. Le trajet qui lui coûte 50 $ et ampute sévèrement son budget d'épicerie.

    Accès et choix limités

    Le directeur général de l'organisme charitable Food Matters Manitoba, Stefan Epp-Koop, dit que de nombreuses familles doivent faire des choix difficiles parce qu'ils vivent dans un désert alimentaire. « Ce qui m'inquiète, c'est qu'ils sont forcés de choisir des aliments à faible valeur nutritive, dit-il. S'ils ne peuvent pas s'alimenter sainement, ils ne seront pas en bonne santé et cela engendre des coûts supplémentaires pour tous les Winnipégois et les Manitobains. »

    Le responsable de la sensibilisation à la pauvreté chez Moisson Winnipeg croit que la présence d'une épicerie à grande surface en plein milieu du désert alimentaire du centre-ville de Winnipeg pourrait régler beaucoup de problèmes. Donald Benham évite toutefois de critiquer les épiciers indépendants malgré les prix élevés et l'offre limitée d'aliments.

    « Beaucoup de propriétaires de petites entreprises essaient d'aider ces personnes qui sont mal desservies », poursuit M. Benham. « Certains ont un comptoir de viande fraîche, d'autres vendent de la viande gelée, d'autres encore ont une sélection de fruits et de légumes frais. »

    Selon Donald Benham, en attendant la construction d'une épicerie à grande surface au coeur du désert alimentaire de Winnipeg, un service de navette gratuit permettrait un meilleur accès à des aliments sains.

    Aux fins de cette analyse, CBC/Radio-Canada a identifié comme épicerie à grande surface les entreprises qui répondent à ces trois critères :

    1. Le magasin occupe une superficie d'au moins 930 mètres carrés
    2. Le propriétaire du magasin est membre d'une chaîne de magasins d'alimentation
    3. Un client serait en mesure d'y acheter toutes les nourritures du Panier de provisions nutritif de Santé Canada. (Nouvelle fenêtre)
    Infographie : Prix du panier d'épicerie

    Avec les informations de Katie Nicholson et Jacques Marcoux

    Manitoba

    Pauvreté