•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porte-conteneurs : une conversion remplie de défis pour la Davie

L’architecte naval Paul E. Barbeau a eu l’idée de convertir le porte-conteneurs pour la Marine canadienne.

L'approche utilisée pour convertir un porte-conteneurs en navire ravitailleur au chantier Davie n'a jamais été réalisée auparavant. L'architecte naval qui a conçu le projet Resolve, Paul E. Barbeau, explique que la transformation du porte-conteneurs Astérix pour la Marine canadienne pose un important défi technique.

Paul E. Barbeau a consacré 14 mois à l'élaboration des plans pour répondre aux besoins de la Marine canadienne. « Je suis parti d'une page blanche. Je me doutais que sur la planète, jamais personne n'avait fait ça. Et je me suis imposé de ne pas regarder ce que les autres avaient fait avant », explique l'architecte naval.

Le porte-conteneurs sera entièrement converti.Le porte-conteneurs sera entièrement converti. Photo : ICI Radio-Canada

Le navire devra intégrer une quinzaine de différentes fonctionnalités. Il servira à transporter des munitions, des pièces d'équipements spécialisés, du carburant pour ravitailler la flotte des hélicoptères et les navires. Il devra aussi entreposer de la nourriture et des matières dangereuses.

Le navire converti au coût de 400 millions de dollars accueillera également un hôpital complet à bord. Le concepteur dit avoir pensé à tout. « De la façon dont j'ai fait le concept, ça permet à nos marins de faire le travail à l'intérieur tout en étant protégés des intempéries. » Le navire sera donc opérationnel en tout temps.

Prêt pour 2017

Du porte-conteneurs de près de 20 000 tonnes acquis par la Davie, seuls la coque et le système de propulsion seront conservés. 

Le navire doit être en service aussi tôt qu'en 2017. La conversion permet d'atteindre cet objectif, à la différence de la construction d'un nouveau navire ravitailleur qui prendrait de 6 à 10 ans.

« En faisant ainsi, on sauve une année à deux ans de travail et on réduit de beaucoup le temps requis pour faire l'ingénierie », affirme M. Barbeau. La conversion coûtera également entre 20 et 25 % du prix d'un navire neuf, explique l'architecte de la firme de Navtech.

Le navire  ravitailleur devrait être prêt pour 2017.Le navire ravitailleur devrait être prêt pour 2017. Photo : Davie

Paul E. Barbeau est conscient qu'il devra ajuster ses plans tout au long de la conversion du navire. Il est toutefois très confiant de l'efficacité de son concept dont l'élaboration aurait nécessité la participation d'une douzaine d'architectes navals en temps normal.

Québec

Économie