•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Superclinique au Cap-de-la-Madeleine : au Centre Cloutier-du Rivage ou ailleurs?

Centre Cloutier-du-Rivage
Radio-Canada

Où ira la nouvelle superclinique dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières? Le député de Champlain Pierre-Michel Auger évoque le Centre Cloutier-du Rivage, alors qu'un autre projet est aussi en chantier à la Polyclinique du Cap.

Un texte de Michelle RazaTwitterCourriel

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie, le Dr Pierre Martin, qui est aussi porte-parole de la Polyclinique du Cap et administrateur du CIUSSS-MCQ, croit que l'incertitude entourant le site de la future superclinique dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine est prématurée.

On s'obstine sur le lieu d'accueil de la superclinique alors même que Québec n'a pas encore arrêté les critères de création des supercliniques.

Dr Pierre Martin, président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie

Pour écouter l'entrevue de Dr Pierre Martin à l'émission Chez nous le matin, cliquez ici.

Au début 2016, le ministre de la Santé pourrait annoncer l'ouverture de supercliniques dans diverses régions du Québec, notamment à Trois-Rivières. Le CIUSSS-MCQ viserait la création de deux supercliniques sur le territoire trifluvien.

Plus tôt cette semaine, le député libéral Pierre-Michel Auger avait laissé entendre que le projet de superclinique au Centre Cloutier-du Rivage avait une longueur d'avance, mais que les médecins étaient réticents à l'appuyer.

Le Dr Pierre Martin précise que les membres de son association « attendent que le programme soit arrêté, négocié et mis en disponibilité ».

Un projet « pas conforme » à Cloutier-du Rivage

Il admet toutefois qu'il n'y a pas actuellement de groupe « qui a présenté un projet conforme à ce que l'on pense que va être éventuellement une clinique réseau [à Cloutier-du Rivage] ».

Le projet qui avait été présenté par un médecin [de la salle d'urgence de Cloutier-du Rivage], c'était de conserver dans sa structure actuelle le centre Cloutier-du Rivage, avec son personnel, la structure d'accueil. Et ça, malheureusement, on n'a pas l'impression que ça cadrerait avec ce qu'on appellerait une superclinique réseau.

Dr Pierre Martin, président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie précise toutefois qu'il ne s'agit pas là d'un désaveu de ce qui s'est fait au Centre Cloutier-du Rivage. Il croit au contraire « que l'hôpital Cloutier tient la barre très haute par rapport aux attentes de la population ».

La Polyclinique du Cap aussi en lice

Le Dr Pierre Martin, qui est aussi copropriétaire de la Polyclinique du Cap, admet que la direction de cette dernière avait été approchée par l'Agence régionale de la santé et des services sociaux de l'époque pour travailleur avec elle à la création d'une nouvelle superclinique.

« L'Agence nous avait approchés en nous disant qu'elle avait un plan de réingénierie de la première ligne et qu'elle pensait qu'on serait une bonne place pour accueillir une clinique réseau », explique-t-il.

Selon lui, les plans de l'Agence prévoyaient deux supercliniques, soit une à la Polyclinique du Cap et l'autre à la clinique Du Carmel.

Le ministre Barrette aura le dernier mot

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan BarretteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Invité à se prononcer sur le dossier de la superclinique dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a rappelé hier que ce ne sont pas les médecins qui auront le dernier mot, mais bien lui.

Les médecins omnipraticiens comptent se plier à la décision du ministre, quelle qu'elle soit : « s'il donne le mot d'ordre (que c'est Cloutier-du Rivage), nous n'aurons qu'une chose à faire : faire ce qu'il nous dit », conclut Dr Pierre Martin.

Des supercliniques pour désengorger le système

Lors de la dernière campagne provinciale électorale, les libéraux avaient promis de créer 50 supercliniques, aussi baptisées groupes de médecine de famille réseau, (GMF-R), afin de désengorger le reste du système de santé. Elles auront pour mission de traiter des cas nécessitant une investigation ou une intervention médicale.

Les supercliniques, en bref :

  • Ouvertes sept jours sur sept
  • Engagement à voir les patients à l'intérieur d'un délai de deux heures
  • De 30 à 40 médecins travaillant avec des infirmières, des physiothérapeutes, des nutritionnistes et des psychologues
  • Ententes avec des spécialistes qui pratiqueraient à l'intérieur de la clinique
  • Services de radiologie accessibles immédiatement
  • Services de laboratoire avec résultats dans les 24 heures

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé