•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Superclinique au Centre Cloutier-du Rivage : « La décision finale m'appartient » - Gaétan Barrette

Radio-Canada

L'incertitude plane toujours au sujet du projet de superclinique au Centre Cloutier-Du Rivage, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières. Questionné à ce sujet, le ministre de la Santé Gaétan Barrette rappelle que ce ne sont pas les médecins qui auront le dernier mot, mais bien lui.

Un peu plus tôt lundi, le député libéral de Champlain Pierre-Michel Auger a reconnu que les médecins semblaient réticents à travailler dans une superclinique au Centre Cloutier-du Rivage.

En entrevue au Téléjournal Mauricie-Centre-du-Québec, le ministre Gaétan Barrette a rappelé qu'une clinique devra remplir un certain nombre de conditions pour devenir une superclinique. « Un critère très important, pour moi, est l'endroit. On doit avoir un bassin de population. » Mais encore faut-il, ajoute-t-il, que des médecins veuillent y oeuvrer.

Les supercliniques, en bref :

  • Ouvertes sept jours sur sept
  • Engagement à voir les patients à l'intérieur d'un délai de deux heures
  • De 30 à 40 médecins travaillant avec des infirmières, des physiothérapeutes, des nutritionnistes et des psychologues
  • Ententes avec des spécialistes qui pratiqueraient à l'intérieur de la clinique
  • Services de radiologie accessibles immédiatement
  • Services de laboratoire avec résultats dans les 24 heures

Selon Gaétan Barrette, d'autres cliniques de la région de Trois-Rivières souhaitent devenir des supercliniques.

La décision finale, elle m'appartient et elle va se faire en fonction de la géographie. [...] Mais s'il n'y a pas de médecins qui y vont, c'est un problème pour faire une clinique.

Gaétan Barrette, ministre québécois de la Santé

Lors de la dernière campagne provinciale électorale, les libéraux avaient promis de créer 50 supercliniques (aussi baptisées groupes de médecine de famille réseau, GMF-R) afin de désengorger le reste du système de santé. Ces supercliniques auront pour mission de traiter des cas nécessitant une investigation ou une intervention médicale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Société