•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba propose les ordonnances restrictives les plus sévères au pays

Le procureur général du Manitoba, Gord Mackintosh

Le procureur général du Manitoba, Gord Mackintosh

Photo : ICI Radio-Canada/Bert Savard

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Manitoba resserre les règlements entourant les ordonnances restrictives imposées dans la province, qui deviendront les plus sévères au Canada.

Le procureur général Gord Mackintosh dit que si la nouvelle loi est adoptée, les mesures proposées offriront aux victimes de violence conjugale les protections les plus solides au pays. Le gouvernement manitobain inclura notamment dans sa loi une interdiction de possession d'armes à feu pour ceux qui sont visés par des ordonnances restrictives et une plus grande surveillance des individus par géolocalisation.

« C'est au Manitoba que l'on constate le plus haut taux d'homicides aux mains d'un conjoint au pays, après la Saskatchewan », rappelle Gord Mackintosh. « Nous devons faire mieux. »

« Les femmes du Manitoba ne méritent rien de moins. Nous devons mettre un terme à cette terreur. »

— Une citation de  Gord Mackintosh, ministre de la Justice et procureur général du Manitoba

Le ministre Mackintosh affirme que la loi facilitera aussi l'accès à ces ordonnances de protection. À l'heure actuelle, plus de la moitié des demandes sont refusées.

Une loi « pour Selena et Camille »

Camille Runke (à gauche) et Selena Keeper ont été tuées à Winnipeg en octobre 2015
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Camille Runke (à gauche) et Selena Keeper ont été tuées à Winnipeg en octobre 2014

Photo : ICI Radio-Canada

Le dépôt de projet de loi survient après les meurtres récents de deux femmes, Selena Keeper et Camille Runke. Toutes deux avaient tenté de se protéger de leur ex-conjoint par le biais d'une ordonnance de protection.

Le 8 octobre, Selena Rose Keeper a été battue à mort après avoir tenté d'obtenir, sans succès, une ordonnance de protection contre Ray William Everett, son ex-ami de coeur. Celui-ci est maintenant accusé de son meurtre.

Quelques semaines plus tard, Camille Runke a été tuée par balles dans son lieu de travail. Son ex-conjoint, qui était suspecté de son meurtre, s'est enlevé la vie trois jours plus tard après avoir été pourchassé par des agents de la police de Winnipeg.

Camille Runke avait toutefois obtenu une ordonnance de protection contre Kevin Runke et ce dernier avait été averti à deux reprises de garder ses distances et inculpé de non-respect des conditions d'une ordonnance de protection une semaine avant le meurtre.

Gord Mackintosh dit que leur mort a révélé des lacunes importantes en matière de protection des victimes de violence familiale. « Nous faisons cela pour Selena et Camille, et toutes ces autres femmes qui méritent de vivre de longues vies en paix », dit le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !