•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bloquiste Catherine Fournier se joint au cabinet de PKP

Catherine Fournier devant son local de campagne électorale, à Sainte-Julie
Catherine Fournier devant son local de campagne électorale, à Sainte-Julie Photo: Myriam Fimbry
Radio-Canada

Quelques semaines seulement après avoir été nommée à la vice-présidence du Bloc québécois, Catherine Fournier quitte son poste pour passer au Parti québécois.

La jeune politicienne a annoncé lundi sur les réseaux sociaux qu'elle faisait le saut sur la scène provinciale pour travailler au sein du cabinet du chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Pierre Karl Péladeau.

Sur Facebook, dans un message accompagné d'une photo d'elle en compagnie du chef péquiste, elle a expliqué sa décision par sa volonté « de contribuer à la victoire prochaine des indépendantistes à Québec, en 2018 ».

Sur Twitter, M. Péladeau a pour sa part précisé qu'elle se joignait à l'équipe parlementaire de la formation comme « attachée politique Jeunesse ».

Ce choix s'inscrit dans la continuité de mon engagement politique à faire du Québec un pays.

Catherine Fournier

Nouvelle venue en politique fédérale, Mme Fournier avait terminé deuxième dans la circonscription de Montarville lors de l'élection du 19 octobre dernier, quatre points de pourcentage derrière le libéral Michel Picard.

À 23 ans, elle était la plus jeune candidate bloquiste.

Présentée comme l'un des visages de la relève au Bloc québécois, la diplômée en sciences économiques de l'Université de Montréal avait souvent représenté le parti dans les médias pendant la campagne électorale.

Elle avait accepté le poste de vice-présidente du Bloc dans les heures ayant suivi sa défaite électorale.

Mme Fournier a précisé sur Facebook que ce poste serait confié à Kédina Fleury-Samson, candidate bloquiste défaite dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Sur Twitter, cette dernière se présente comme « indépendantiste et régionaliste », « mère, militante et étudiante à la maîtrise ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique