•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ressources temporaires pour combattre les gangs de rue à Ottawa

Les explications de Claudine Richard

Alors que le nombre de fusillades se multiplie depuis trois semaines dans la capitale nationale, la police d'Ottawa annonce, lundi, qu'elle double temporairement le nombre d'effectifs assignés à son Unité des bandes et des armes à feu.

Le nombre d'agents de cette unité passe ainsi de 10 à 22, et ce, à compter de lundi.

Depuis le début de l'année, 42 fusillades ont été rapportées sur le territoire de la ville, dont une bonne partie est reliée aux gangs de rue.

« C'est inquiétant pour nous et c'est inquiétant pour la communauté. Par contre, ce sont toutes des fusillades qui sont ciblées, soit des individus, des maisons, des autos. [...] C'est tout relié aux gangs et au trafic des stupéfiants », précise le chef de police, Charles Bordeleau.

L'inquiétude, pour nous, c'est qu'une des balles vise quelqu'un ou frappe un membre de la communauté, qui n'est pas impliqué dans la vie criminelle. 

Charles Bordeleau, chef de police de la Ville d'Ottawa

L'ajout de ressources permettra de résoudre davantage d'enquêtes, estime le chef Bordeleau.

Prise 2

L'hiver dernier, la police avait instauré une mesure semblable, après que le Ville eut enregistré un nombre record de 49 fusillades pour l'année 2014. Elle avait par la suite réduit les effectifs en juillet, en ayant déposé plus de 1000 accusations contre 221 suspects.

Le chef Bordeleau précise qu'il n'est pas rare que les effectifs du service de police soient redistribués selon les besoins, qui varient au fil des mois.

Par ailleurs, il ajoute qu'une partie des 25 nouveaux agents, qui devraient être embauchés en 2016 au sein de la police d'Ottawa, serait assignée à l'Unité des bandes et des armes à feu.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales