•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation générale à l'UQAR

Une pause pour démontrer son sentiment d'appartenance à l'UQAR
Une pause pour démontrer son sentiment d'appartenance à l'UQAR Photo: ICI Radio-Canada/Sébastien Desrosiers
Radio-Canada

Les syndicats et l'association générale des étudiants de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) ont uni leurs voix lundi pour dénoncer les compressions qui frappent leur institution.

Un texte de Richard LavoieTwitterCourriel

Les chargés de cours, le personnel de soutien et les étudiants salariés ont occupé l'atrium, le temps d'une pause pour démontrer leur solidarité. Ils constatent que leur université est fragilisée par les mesures budgétaires à répétition du gouvernement du Québec.

C'est une des premières fois que les syndicats et l'association étudiante s'unissent pour sauver l'Université.

Claire Chabot, présidente duSyndicat des étudiants et étudiantes salariés de l'UQAR

La présidente du Syndicat des étudiants et étudiantes salariés (SEES UQAR), Claire Chabot estime que la situation est très alarmante. À preuve, elle constate une diminution importante du nombre de contrats accordés aux étudiants salariés.

« Il y a une baisse de 15 % du nombre de contrats », fait-elle remarquer. Selon elle, la période de vaches maigres se traduit également par une diminution de 30 % des heures accordées pour la réalisation des contrats de recherches.

Les chargés de cours aussi

De son côté, la présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQAR (SCCCUQAR), Louise Bérubé, déplore aussi les pertes subies par ses membres en raison des décisions difficiles que doit prendre la direction.

Les chargés de cours sont frappés d'aplomb!

Louise Bérubé, présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQAR

Selon Mme Bérubé, il y a de moins en moins cours confiés à des chargés de cours. « Plusieurs sont annulés ou reportés. Il y a aussi plus d'étudiants dans les cours qui sont offerts », explique-t-elle.

La communauté universitaire du Québec affirme que plus de 700 millions de dollars ont été retranchés du budget des universités depuis 2012.

Est du Québec

Politique