•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produire de l'électricité avec du jus de choucroute

Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des Alsaciens contribuent à leur façon à protéger l'environnement : ils transforment les déchets de choucroute en énergie. Nous sommes allés voir comment ils s'y prennent.

Un photoreportage de Sylvain DesjardinsTwitterCourriel
L’entrée du village de Krautergersheim.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’entrée du village de Krautergersheim.

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

Nous voici à l'entrée du village de Krautergersheim, près de Strasbourg, au royaume de la choucroute. Dans cette campagne qui borde la frontière allemande, on ne voit que ça : des champs de choux, à perte de vue!


La ferme de Constant Speisser.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ferme de Constant Speisser.

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

Et au milieu de ces champs, une petite usine, celle de la ferme Speisser, qui fabrique de la choucroute depuis trois générations.


Constant Speisser et deux employés.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Constant Speisser et deux employés.

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

Le patron, Constant Speisser, est l'un des 10 producteurs de choux d'Alsace. Ces producteurs fournissent ensemble 70 % de toute la choucroute consommée en France.


De la choucroute.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la choucroute.

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

« On a six employés en usine, et deux qui font la récolte dans les champs, c'est tout », explique Constant Speisser. L'opération est mécanisée et efficace. On traite 70 tonnes de choux par jour.


Les cuves de fermentation.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les cuves de fermentation.

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

La fabrication de la choucroute de base est très simple : une fois le chou découpé en lamelles, on y ajoute du sel et on l'entasse dans d'immenses cuves fermées où se fait la fermentation pendant environ 15 jours.

Le mélange est vendu à des entreprises d'alimentation qui se chargeront de la cuisson.


Les déchets de la choucroute
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les déchets de la choucroute

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

La fermentation produit, par ailleurs, des quantités impressionnantes d'eau salée, le jus de choucroute, qui a toujours été considéré comme un déchet.

« Chaque tonne de choucroute nous laisse 300 litres de jus. C'est beaucoup! On pourrait l'utiliser comme engrais, mais il faudrait le traiter avant, et je n'ai pas les moyens de faire ça. »

— Une citation de  Constant Speisser, fermier

La transformation du jus de choucroute en engrais n'est pas rentable pour le moment. Mais ce qui l'est par contre, c'est d'en faire de l'électricité.


null
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

C'est exactement ce qui se passe à la station de traitement des eaux usées de la région, propriété publique, gérée par la compagnie d'énergie française Suez.

L'ensemble de la station ressemble à n'importe quelle autre usine de traitement des eaux. De fait, il y a bien une section de l'usine qui traite les eaux usées. Mais les boues recueillies après filtration sont transformées en gaz par des bactéries, en milieu fermé.


Un silo-méthaniseur. Photo : ICI Radio-Canada/Sylvain Desjardins

Même procédé avec le jus de choucroute qui arrive des fermes environnantes par camions-citernes. Le jus est transféré dans une sorte d'immense silo-méthaniseur, bourré de bactéries spécialisées qui digèrent le liquide pour en faire du gaz.

Ce gaz alimente un immense moteur à combustion industriel, qui fait tourner des bobines qui produisent à leur tour de l'électricité, acheminée sur le réseau de transport local.

« Nous sommes la seule usine du genre dans le monde », dit Clément Ritter, directeur des communications de Suez, pour la région Alsace.

« En faisant ce traitement, on se débarrasse d'un déchet problématique qu'il fallait autrefois emmener jusqu'à Strasbourg, à 40 km d'ici. Notre usine est située à moins de 5 km de toutes les fermes de choux. Pour moins de frais on s'en débarrasse, et en plus, on fait de l'énergie avec. »

— Une citation de  Clément Ritter, porte-parole de Suez

Résultat : de l'électricité verte pour plus de 2000 résidents et l'élimination d'un déchet qui pouvait être dommageable pour l'environnement. « Certains agriculteurs avaient parfois tendance à se débarrasser de ce jus dans leurs champs », précise Séverine Sromane, directrice des installations de Suez pour la région du Bas-Rhin.

« Ce jus est chargé de nitrates. Il est très polluant pour la nappe phréatique. Donc, là, on arrive à capter tous ces jus susceptibles de polluer, et on voit l'amélioration des taux de nitrates dans les nappes d'eau. »

— Une citation de  Séverine Sromane, porte-parole de Suez

Seule ombre au tableau : les agriculteurs doivent encore payer pour apporter leur jus de choucroute ici. L'usine de 27 millions d'euros (environ 40 millions de dollars canadiens) est en marche depuis trois ans. Les coûts d'amortissement ne permettent pas aux agriculteurs de tirer profit de la vente d'électricité.

La station de méthanisation pourrait être encore plus rentable si on arrivait à obtenir d'autres sous-produits agricoles.

Par exemple, Constant Speisser aimerait bien trouver un débouché pour les déchets solides de sa fabrique de choucroute, comme par exemple, les feuilles de chou en trop dont il ne sait plus quoi faire : « On pourrait méthaniser tout ça, aussi! »

« C'est vrai. Mais ça prendrait de nouveaux investissements. Tout ce qui vient de l'agroalimentaire est utilisable. Pour nous, ce ne sont pas des déchets, ce sont des opportunités. Le reste est politique... et technique. La porte est ouverte », conclut le porte-parole de Suez, Clément Ritter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !