•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jouets pour garçons, des jouets pour filles... vraiment?

Les stéréotypes de genres commencent dès la petite enfance, selon la Coalition LGBT de l'Abitibi-Témiscamingue
Les stéréotypes de genres commencent dès la petite enfance, selon la Coalition LGBT de l'Abitibi-Témiscamingue Photo: ICI Radio-Canada/Émélie Rivard-Boudreau

Acheter un camion à une fille et une poupée à un garçon... ou pourquoi pas des blocs pour les deux? À l'approche des fêtes, c'est un défi que lance la Coalition d'aide aux gais, lesbiennes et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue. Un défi que les parents et les commerçants ne trouvent pas nécessairement facile à réaliser.

Un texte d’Émélie Rivard-BoudreauTwitterCourriel

La présidente de la Coalition d'aide aux gais, lesbiennes et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue, Cathy Gélinas, s'en prend aux stéréotypes de genre qui, selon elle, commencent dès la petite enfance. Elle précise également que le type de jeux des enfants ne change rien à leur future orientation sexuelle. « Ce que votre enfant va apprendre, en jouant à la poupée, c'est l'empathie, le soin de l'autre, une sensibilité, votre petit garçon va peut-être apprendre à être un papa », indique-t-elle. 

On se dit que les jouets stéréotypés n'ont pas leur place nécessairement auprès des enfants.

Cathy Gélinas, présidente de la Coalition d'aide aux gais, lesbiennes et bisexuels de l'Abitibi-Témiscamingue

Mais combattre les stéréotypes est un défi de taille pour un détaillant de jouets comme l'explique le propriétaire de Joubec, à Rouyn-Noranda, Éric Raymond. « Les compagnies enlignent vraiment leurs produits et leur marketing de produits vers un genre. Ça fait qu'on est un peu embarqué là-dedans sans qu'on le veuille, mais c'est comme ça », constate-t-il.

Éric Raymond remarque également que plusieurs parents tentent de sortir de ces conventions, mais que les fabricants de jouets ne leur rendent pas la tâche facile. La majorité de sa clientèle, cependant, lui demande systématiquement des jeux pour un sexe particulier. 

Abitibi–Témiscamingue

Éducation