•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cri du cœur pour sauver une entreprise horticole de Saint-Honoré

La serre principale de Tamara Anna Kozieg a été endomagée par les vents

La serre principale de Tamara Anna Kozieg a été endomagée par les vents

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de vie de Tamara Anna Kozieg s'est envolé en quelques minutes dans la nuit du 6 au 7 novembre dernier. La serre principale de son entreprise de Saint-Honoré, Arboflora, a été lourdement endommagée par de forts vents.

« J'étais vraiment dans un état de choc. J'étais vraiment accablée de voir cette image épouvantable. C'était très triste et j'ai eu une très forte réaction émotive. »

Tamara Anna Kozieg a créé sa ferme de fleurs comestibles il y a 20 ans lorsqu'elle a immigré au Canada. Son histoire a touché plusieurs personnes qui lui ont donné un coup de pouce pour nettoyer les dégâts immédiatement après l'événement.

Ça s'est déroulé durant trois jours. Il y a une cinquantaine de personnes qui sont venues témoigner leur affection réelle. Elles ont travaillé sous la pluie, sous la neige pour m'aider.

Une citation de :Tamara Anna Kozieg
Tamara Anna KoziegAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tamara Anna Kozieg

Photo : Ici Radio-Canada

Pour qu'Arboflora puisse fleurir à nouveau, l'horticultrice, qui n'avait pas d'assurances, a décidé de lancer une campagne de financement.

« Nous avons la toile à acheter. Nous avons la serre à rebâtir, une pépinière à mettre en place, donc c'est tout l'argent qui va simplement être réinvesti pour redémarrer les activités de la ferme florale. »

Tamara Anna Kozieg espère amasser l'argent nécessaire d'ici le printemps, sinon elle craint de devoir mettre la clé sous la porte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !