Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux frères de Sudbury libèrent un aigle pris au piège

Les frères Fletcher ont pris un égoportrait avec l'aigle qu'ils ont libéré.

Les frères Fletcher ont pris un égoportrait avec l'aigle qu'ils ont libéré.

Photo : Ann Fletcher/Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Neil Fletcher et son frère Michael étaient à la chasse lorsqu'ils ont remarqué que des corbeaux survolaient un point tout près d'eux. Ils se sont approchés et ont découvert un pygargue à tête blanche dont l'une des pattes était prise dans un piège.

Un texte de Sophie HautcoeurTwitterCourriel

Neil Fletcher raconte leur aventure dans une entrevue à CBC : « Nous avons été soulagés de voir qu'il était encore en vie. Je savais que nous devions faire quelque chose immédiatement. »

Dans une vidéo publiée sur Facebook (ci-dessous), on les voit approcher doucement le rapace puis recouvrir sa tête avec un chandail pour qu'il reste calme avant de le libérer.

Neil Fletcher raconte : « Au début, l'aigle était un peu nerveux de nous voir là. [...] Dès qu'il a réalisé que nous étions en train d'essayer de l'aider, il s'est calmé un peu. Sa tête bougeait d'avant en arrière pour nous regarder, mais c'est tout ce qu'il faisait. [...] L'aigle s'accrochait au piège et nous avons eu du mal à le faire lâcher. »

Me and Neil found this eagle in a trap

Un « aigloportrait »

Neil Fletcher a alors une idée. « Je savais que ça ne se reproduirait jamais, alors avant de le laisser partir, j'ai dit à mon frère Michael : "On devrait pendre un égoportrait avec lui". L'oiseau avait son bec ouvert, mais il n'a jamais essayé de s'envoler ou de pincer », raconte-t-il.

« Il a rendu ça plutôt facile de prendre une photo avec lui. »

— Une citation de  Neil Fletcher

Un courage et un geste salués par un ornithologue de la région

« Je pense que c'est formidable que Michael et Neil aient eu suffisamment de jugeote pour l'aider », se réjouit Chris Blomme, de la Société d'ornithologie de Sudbury.

Selon lui, recouvrir la tête de l'animal était aussi une bonne idée, puisque cette technique a permis de l'aveugler et de pouvoir ensuite l'approcher.

« [Les aigles] sont devenus un peu plus communs depuis l'interdiction du DDT [un pesticide], ajoute Chris Blomme, précisant que leur santé s'était améliorée à Manitoulin et à Sudbury.

Malgré sa dénomination populaire d'« aigle à tête blanche », le pygargue à tête blanche n'est pas un aigle à proprement parler. Il appartient plutôt au genre Haliaeetus. Il s'en distingue par son régime alimentaire, mais aussi par son bec massif et par le fait que ses pattes ne sont pas recouvertes de plumes jusqu'aux serres.

Une expérience inoubliable

Neil Fletcher dit que lui et son frère n'oublieront jamais cette expérience.

« Moi et mon frère avons toujours été dans la nature, nous avons toujours été des chasseurs, et nous avons toujours eu beaucoup de respect pour les aigles », conclut-il.

« Nous étions vraiment impressionnés et nous le sommes encore. »

— Une citation de  Neil Fletcher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !