•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le déversement permet de constater à quel point le Saint-Laurent est contaminé

Michel Péloquin (en arrière), Karine Saucier et Gilbert Cabana

Michel Péloquin (en arrière), Karine Saucier et Gilbert Cabana

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La qualité de l'eau du fleuve Saint-Laurent à l'est de Montréal est en tout temps aussi mauvaise que lors du déversement majeur des égouts survenu en novembre dans la métropole, montre une étude obtenue en exclusivité par Radio-Canada.

Un texte de Maude MontembeaultTwitterCourriel

Ce qu'a vécu Montréal pendant quelques jours, les gens qui habitent les îles de Sorel, les pêcheurs qui mettent leurs mains dans l'eau sont exposés à des valeurs similaires, mais de façon constante, jour après jour, année après année, depuis que Montréal est une métropole.

Une citation de :Gilbert Cabana, professeur du département des sciences de l'environnement, UQTR et membre du RIVE

Les îles de Sorel jouent le rôle de filtre naturel du lac Saint-Pierre, une réserve mondiale de la Biosphère où trouvent refuge des centaines d'espèces d'oiseaux et de poissons.

La recherche menée par le professeur Cabana est la seule à s'être penchée sur l'impact du déversement des eaux usées de Montréal dans cette zone. Des scientifiques de l'UQTR ont ciblé 19 points d'échantillonnage dans le fleuve, de la pointe de l'île de Montréal jusqu'à Bécancour, au Centre-du-Québec. Des relevés d'eau ont été effectués avant, pendant et après le déversement de près de 5 milliards de litres d'eaux usées, soit le 15 octobre, et le 13 et le 23 novembre.

Les résultats démontrent que les eaux de ces îles sont plus contaminées près de la rive nord que de la rive sud du fleuve. Les données varient d'environ 1000 coliformes fécaux par 100 ml à environ 5000. La limite du ministère de l'Environnement pour interdire la baignade est de 200. Ce qui veut dire qu'en tout temps, dans la portion nord des îles de Sorel, l'eau est 25 fois trop contaminée pour permettre la baignade. Explorez la carte ci-dessous.

Pour voir cette carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

La principale raison qui explique ces résultats est que le tracé de la coulée des eaux usées de Montréal emprunte la direction des îles de Sorel, plus au nord qu'au sud, à la frontière des eaux vertes provenant des Grands Lacs et des eaux brunes (en bleu sur la carte), provenant de la rivière des Outaouais.

Le lac Saint-Pierre, station tertiaire de Montréal?

Les îles de SorelAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les îles de Sorel

Photo : ICI Radio-Canada

La recherche scientifique démontre qu'en aval du lac Saint-Pierre, les taux de contamination diminuent de façon significative. En Mauricie et au Centre-du-Québec, aucune variation de coliformes fécaux et de matières en suspension n'a été observée pendant et après l'épisode aux stations de Bécancour et Trois-Rivières.

Cela laisse croire aux scientifiques que les îles de Sorel et le lac Saint-Pierre jouent le rôle de station tertiaire de filtration pour la ville de Montréal. La métropole possède un traitement primaire (dégrillage et décantation) et un traitement secondaire (épuration de l'eau et élimination des particules en suspension), mais pas de traitement tertiaire permettant d'éliminer certaines bactéries.

C'est un peu gênant qu'on se demande si on ne devrait pas retirer le lac Saint-Pierre de la liste de l'UNESCO, parce que c'est essentiellement devenu un lieu de traitement tertiaire d'une grande ville.

Une citation de :Gilbert Cabana, professeur du département des sciences de l'environnement, UQTR et membre du RIVE

Une nouvelle usine à Montréal, la solution

Échantillons d'eau du fleuve Saint-LaurentAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Échantillons d'eau du fleuve St-Laurent

Photo : ICI Radio-Canada

Le maire de Ste-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, attendait avec impatience les résultats. « Le fleuve, ça a beau être immense, mais c'est fragile, il faut y faire attention, particulièrement le lac Saint-Pierre. Il est en danger, très grand danger », s'inquiète-t-il.

J'espère que cet événement aura permis de sensibiliser les gens et les responsables politiques.

Une citation de :Le maire de Ste-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin

Il souhaite qu'il n'y ait plus de délai pour la mise en place d'une unité d'ozonation à Montréal permettant d'améliorer la qualité des eaux usées. Le maire de Montréal, Denis Coderre, a annoncé en mars dernier que sa mise en service était prévue pour 2018.

Malgré cette unité, certains produits, pharmacologiques par exemple, ne seraient toujours pas éliminés.

Cesser les débordements

L'étude s'est aussi penchée sur les matières en suspension. Elle permet de réaliser que les débordements lors d'épisodes de précipitations sont plus inquiétants que le déversement des eaux usées de la ville de Montréal.

Les matières en suspension sont dommageables pour les écosystèmes aquatiques, puisqu'elles se déposent dans le fond des cours d'eau et colmatent une partie de la végétation.

Chaque année, il y aurait 40 000 endroits de débordement au Québec pendant des épisodes de pluie intense. Il faudrait une centaine de millions de dollars d'investissements en infrastructures pour améliorer la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !