•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peut-on rire en français en Colombie-Britannique?

Un enfant rit sous la pluie.
Un enfant rit sous la pluie. Photo: iStock/ArtMarie
Radio-Canada

Une blague qui passe mal, un jeu de mots incompris : le sens de l'humour est souvent mis à rude épreuve pour les francophones de la Colombie-Britannique. Y a-t-il une place pour l'humour en français dans la province? Rit-on pareil d'un bout à l'autre du pays?

Un texte de Anne-Diandra LouarnTwitterCourriel

Le Rio Theatre plein à craquer un mardi soir, débordant d'une foule francophone sur Broadway. Voilà qui est peu courant à Vancouver. Le 10 novembre, l'humoriste Franco-Marocain Gad Elmaleh est en ville et la communauté française est en ébullition. Si quelques musiciens parviennent à se frayer un chemin jusqu'à la côte ouest, comédiens et humoristes francophones n'y viennent presque jamais, par manque, croit-on, de public francophone en milieu minoritaire.

Chaque année, la tournée Juste pour rire remplit aisément les 320 places du théâtre Norman Rothstein à Vancouver. Un bon exemple de l'enthousiasme pour les spectacles humoristiques qui, s'ils sont toujours accueillis chaudement, restent rarissimes en Colombie-Britannique.

Localement, la province peut tout de même compter sur la jeunesse pour faire vivre l'humour en français. À 16 ans, Claudya Leclerc fait partie de la Ligue d'Improvisation franco-colombienne (LIFC) du Conseil jeunesse francophone depuis son lancement en 2010. Plusieurs équipes à travers la Colombie-Britannique s'entraînent pendant six mois avant de s'affronter lors de l'incontournable festival du bois de Maillardville qui a rassemblé quelque 15 000 personnes l'an passé.

J'aime vraiment le fait qu'on s'entraîne comme une gang de jeunes ensemble (...) On rit et on fait des histoires sur scène. En plus, on a la chance de rencontrer d'autres jeunes qui parlent français avec nous.

Claudya Leclerc, LIFC

L'improvisation, peu développée hors secondaire

Avec la LIFC, le Conseil jeunesse s'est donné pour mission « d'offrir aux jeunes une activité en français en dehors de l'école », souligne Cécile Loyen, responsable de la Ligue d'improvisation. « Il s'agit aussi de lutter contre l'isolement linguistique que nombre d'entre eux ressentent », ajoute-t-elle.

Les bénéfices pour les jeunes sont nombreux, selon elle : une activité stimulante, la mise en valeur des talents d'orateur, mais aussi le développement d'une meilleure confiance en soi et l'apprentissage de gérer mieux des situations imprévues.

Reste que public et candidats sont rares dans une province où le stand-up comedy est pourtant très populaire côté anglophone. « Ce qui est un peu triste ici, c'est que l'impro en français ne s'est pas vraiment développée hors secondaire... C'est dur de trouver des gens qui font ça. Je suis allée au Manitoba et leur ligue d'impro est très avancée. J'espère que la Colombie-Britannique va prendre le même chemin, car il y a beaucoup de gens intéressés », assure Claudya Leclerc. Elle estime qu'accroître la pratique de l'improvisation en français peut attirer beaucoup de jeunes vers la langue de Molière.

Une formation « Juste pour rire » en C.-B. en 2016

Le prochain spectacle de Juste pour rire à Vancouver aura lieu en mars 2016, mais cette année, le groupe a voulu aller plus loin. « On est en train de lancer une formation en Colombie-Britannique auprès des jeunes du secondaire en immersion ou en francophone », annonce François Simard, programmateur de la tournée Juste pour rire.

Ce programme de formation existe déjà au Manitoba, en Ontario ou encore au Nouveau-Brunswick. « Le but est de former les jeunes à l'écriture et à la scène avec des gens issus du théâtre ou de l'improvisation qui viendront spécialement du Québec », précise François Simard.

« On ne veut pas juste arriver et faire un show puis repartir. On veut un lien qui dure avec le public, laisser un modèle, former des professeurs à l'écriture de la langue française sous un autre angle et à l'expression sur scène », indique François Simard. Pour lui, l'humour est un outil idéal pour attirer les jeunes, ces mêmes jeunes qui permettent ensuite de renouveler le fait français.

L'humour puritain de la Colombie-Britannique

Le défi sera de s'adapter au public britanno-colombien. « L'écoute est différente dans l'Ouest. Au Québec, on a fait sauter les tabous depuis longtemps. Les humoristes peuvent aller loin, très loin dans l'ironie », affirme François Simard.

Quand on fait la tournée Juste pour rire dans l'Ouest, moi je conseille aux humoristes d'être plus conventionnels. En C.-B. c'est presque puritain, et je pense que c'est juste par manque d'habitude.

François Simard, Juste pour rire

Dans l'Ouest, Juste pour rire fait la part belle aux humoristes un peu plus traditionnels, des généralistes qui pourront être appréciés par toutes les générations. « On évite ceux qui ont un humour lié au sexe par exemple ou à d'autres sujets tabous », explique François Simard.

De la retenue, certes, mais en aucun cas de la censure. L'humour, dit-il, c'est très subtil et demande une compréhension de l'autre, de sa culture, même si l'on appartient au même pays. « En Colombie-Britannique, la communauté francophone ne compte pas que des Québécois. Il y a aussi beaucoup de Français par exemple. Donc l'humour est différent. Je dirais que chaque communauté francophone au Canada a sa personnalité, sa propre susceptibilité, et c'est à nous de composer. »

L'art de bousculer sans brusquer, toujours avec le sourire.

Colombie-Britannique et Yukon

Humour