•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada consacrera 2,65 milliards pour lutter contre les changements climatiques

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a rencontré les premiers ministres provinciaux le 23 novembre 2015.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick/Canadien Press

Radio-Canada

Le Canada consacrera 2,65 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques, a annoncé vendredi le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre, qui participe à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth à Malte, a fait cette annonce à deux jours de l'ouverture de la conférence sur les changements climatiques à Paris. Il double ainsi le montant des engagements pris par ses prédécesseurs conservateurs.

« Le Canada est de retour, prêt à faire sa part pour lutter contre les changements climatiques, y compris en aidant les pays les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète à s'y adapter », affirme M. Trudeau par voie de communiqué.

Cet argent servira à la réduction des émissions de carbone par le financement de sources d'énergie durables. Cette somme permettra également aux pays en voie de développement, souvent les plus touchés par les changements climatiques, de se munir d'infrastructures utiles pour se protéger des effets de ces changements.

Cette aide s'inscrit dans l'esprit de l'accord de Copenhague élaboré en 2009. Cet accord, non contraignant, prévoit la création d'un Fonds vert destiné aux pays vulnérables et censé s'élever à 100 milliards de dollars américains par année à compter de 2020.

Objectif : 4 milliards

Les ONG, réunies sous le chapeau du Climate Action Network, avaient estimé que la « juste part » du Canada dans le financement des pays en voie de développement pour lutter contre les changements climatiques était de quatre milliards par année. Cette évaluation se base sur la part du Canada dans les émissions mondiales de gaz à effets de serre et sur son statut de pays industrialisé.

À cet argent public s'ajouteront des investissements privés. Ainsi, le Canada atteindra cette cible de quatre milliards à la dernière année de ce plan quinquennal, quand 800 millions d'argent public seront consacrés à ce Fonds vert, en 2020-2021.

Les enjeux de la COP21 avec Mathieu Prost

Jean-Patrick Toussaint, chef des projets scientifiques pour le Québec de la fondation David Suzuki, estime que cette annonce lance « un signal fort en terme de lutte aux changements climatiques » en attendant que le Canada établisse ses nouvelles cibles de réduction des gaz à effets de serre, ce qui est attendu dans les 90 jours suivant la conférence de Paris sur le climat.

M. Toussaint vante l'expertise du Canada en matière d'aide internationale et croit que ces sous permettront un « transfert de technologies qui peuvent améliorer les conditions des citoyens vivant dans ces pays ».

La répartition annuelle des 2,65 milliards :

  • 2016-17 : 300 millions
  • 2017-18 : 400 millions
  • 2018-19 : 500 millions
  • 2019-20 : 650 millions
  • 2020-21 : 800 millions

Mulcair reste sur sa faim

« Je suis heureux de voir que nous sommes prêts à faire notre part avec une somme aussi importante », a réagi le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, lors d'une conférence de presse. Ce dernier ira rejoindre la délégation canadienne à Paris à l'invitation de M. Trudeau.

M. Mulcair souhaite que le Canada adopte rapidement de nouvelles cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES). Tout en saluant l'engagement financier du gouvernement en matière de lutte aux changements climatiques, il précise qu'il ne s'agit que d'un des moyens qui doivent être pris contre ce phénomène.

M. Mulcair a également félicité le gouvernement pour avoir inclus les provinces dans son initiative de lutte contre les GES, mais il précise que c'est au Canada d'assumer son leadership.

« Je crois que le Canada devrait se présenter à Paris avec quelque chose de plus ambitieux que les cibles de Stephen Harper », a déclaré M. Mulcair. « Les Canadiens qui ont voté pour le changement seront déçus. »

Hausse des températures d'octobre 2012 à octobre 2015

En rouge, record de chaleur. En bleu, record de froid. Sources : NOAA

Environnement