•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge de la Cour fédérale suspendu pendant l'enquête sur son comportement

Le juge Robin Camp

Le juge Robin Camp

Photo : ICI RADIO-CANADA

La Presse canadienne

La Cour fédérale a annoncé, mercredi, qu'un juge ayant déjà demandé à une victime d'agression sexuelle pourquoi elle n'avait pas serré les genoux n'entendrait plus de cause jusqu'à nouvel ordre.

Plus tôt ce mois-ci, le tribunal avait décidé que le magistrat Robin Camp ne traiterait plus les cas impliquant des agressions sexuelles en attendant la conclusion d'une enquête sur son comportement.

Le Conseil canadien de la magistrature a lancé une enquête concernant la conduite de M. Camp durant un procès qu'il a présidé l'an dernier alors qu'il était juge à la Cour provinciale de l'Alberta.

Le magistrat a acquitté un homme accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme de 19 ans, mais le verdict a été cassé en appel.

Des plaintes ont été déposées au sujet des commentaires faits par Robin Camp durant les procédures, soulignant que ces propos montraient que le juge était sexiste, qu'il n'avait pas de respect pour la victime et qu'il n'avait pas tenu compte de la loi.

Un porte-parole du juge en chef de la Cour fédérale, Paul Crampton, a déclaré que la priorité de M. Camp à l'heure actuelle était de suivre une formation sur l'égalité entre les sexes.

Durant le procès à Calgary, Robin Camp avait remis en question la moralité de la victime, avait affirmé qu'elle était « peu recommandable » et avait laissé entendre que « le sexe et la douleur vont parfois de pair ». Il avait aussi appelé la jeune femme « l'accusée » à quelques reprises.

En annonçant l'acquittement de l'homme, le magistrat lui avait dit que tous les hommes devraient être plus doux et prudents avec les femmes, et lui avait suggéré de transmettre ce message à ses amis afin qu'ils puissent se « protéger » et éviter de « s'attirer des ennuis ».

M. Camp a présenté ses excuses à la plaignante et à toutes les femmes que ses remarques ont pu offenser.

« J'ai réalisé que les choses que j'avais dites et le comportement que j'avais eu durant le procès sur cette question et dans ma décision avaient causé de grandes souffrances à beaucoup de gens », a reconnu le magistrat dans un communiqué.

« Je suis très troublé de savoir que des choses que j'ai dites ont blessé des innocents. Je m'adresse plus particulièrement aux personnes qui hésitent à rapporter une agression quelle qu'elle soit ou à fournir des preuves au sujet de ces agressions ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Justice