•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Infirmières de l'Ordre de Victoria cessent leurs activités dans six provinces 

La présidente Fédération canadienne des syndicats d'infirmiers, Linda Silas, réagit
Radio-Canada

Les Infirmières de l'Ordre de Victoria mettent un terme à leurs services de soins à domicile et communautaires dans six provinces, dont trois en Atlantique. Les Néo-Écossais sont les seuls dans la région à ne pas être touchés par cette restructuration.

L'Ordre de Victoria s'est placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, à l'exception de ses services en Ontario et en Nouvelle-Écosse, les plus importants. L'organisation dit qu'elle n'a plus les moyens de répondre aux besoins avec ses ressources limitées.

L'organisme veut ainsi offrir de meilleurs services à ses clients et à ses partenaires gouvernementaux provinciaux en Ontario et en Nouvelle-Écosse. La taille de son siège social est aussi réduite de 23 %. Au total, 352 des 6446 employés sont touchés par la restructuration.

En Atlantique, 173 personnes sont touchées par la restructuration. Même si les services demeurent tels quels en Nouvelle-Écosse, 14 postes reliés aux services financiers sont touchés.

Ce fut une décision très difficile. Nous regrettons les conséquences que ces changements auront sur les clients et le personnel, et nous entendons leur offrir notre soutien tout au long du processus.

Jo-Anne Poirier, présidente et directrice générale de l'Ordre de VIctoria

Les Infirmières de l'Ordre de Victoria n'offriront plus de services non plus en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Les compressions affectent 15 postes à temps plein et 130 à temps partiel et occasionnel. 

« Nous avons dû prendre des décisions difficiles et déterminer où nous pouvons faire une différence dans les vies du plus grand nombre de personnes possible », a dit Jo-Anne Poirier, présidente et directrice générale.

Une fermeture surprise

Au Nouveau-Brunswick, plusieurs employés se sont butés à des portes vérouillées mercredi matin. La présidente et directrice générale, Jo-Anne Poirier, affirme qu'il était nécessaire d'agir ainsi. « On voulait s'assurer que le personnel ne travaille pas avant de recevoir une mauvaise nouvelle et qu'il risque de ne pas être en mesure d'offrir les meilleurs services possibles », dit-elle. 

Les Infirmières de l'Ordre de Victoria offraient des services de vaccination en milieu de travail, des services pour jeunes, pour enfants et possèdaient un centre d'excellence pour les troubles causés par l'alcoolisation fœtale. Des milliers de personnes bénéfieciaient de ces services. 

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau, veut régler la situation le plus vite possible. « Nous allons travailler avec les autres professionnels de la santé pour essayer que les vides créés soient comblés rapidement. »

Avec les informations de Catherine Allard

Alberta

Santé