•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manitoba : les services en français seront protégés par une loi

Greg Selinger

La Loi sur l'appui à l'essor de la francophonie manitobainea été déposée mardi à l'Assemblée législative par le premier ministre Greg Selinger.

Photo : ICI Radio-Canada.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les services en français au Manitoba pourraient bientôt être protégés par une loi provinciale. La Loi sur l'appui à l'essor de la francophonie manitobaine a été déposée mardi à l'Assemblée législative par le premier ministre Greg Selinger.

Un texte de Camille Gris RoyTwitterCourriel

« Nous avons une francophonie manitobaine dynamique qui contribue à la richesse et à la diversité de notre province », a affirmé le premier ministre lors du dépôt du projet de loi.

Le projet de loi s'inscrit dans une approche pratique que nous avons adoptée dans l'offre des services en français aux Manitobains et aux Manitobaines, peu importe leur langue maternelle.

Une citation de :Greg Selinger, premier ministre du Manitoba

Le projet établit entre autres une définition formelle de « francophone » qui inclura toute personne qui choisit de vivre ou de travailler en français, sans tenir compte de sa langue maternelle.

Définition de la francophonie manitobaine :

La collectivité au sein de la population manitobaine regroupant les personnes de langue maternelle française et les personnes qui possèdent une affinité spéciale avec le français et s'en servent couramment dans la vie quotidienne même s'il ne s'agit pas de leur langue maternelle.

Source : Loi sur l'appui à l'essor de la francophonie manitobaine

Pour le premier ministre Selinger, cette définition est une manière de refléter le contexte actuel.

« Nous avons une communauté en pleine évolution : il y a plus de familles exogames, plus de familles qui viennent d'autres places dans le monde, et on doit chercher une possibilité de vivre ensemble dans notre diversité. »

Il s'agit d'un pas en avant positif pour la présidente de la Société franco-manitobaine, Jacqueline Blay. « C'est précieux pour nous. Dans le contexte des États généraux, rappelle-t-elle, on a bien vu qu'on avait affaire à plusieurs catégories de francophones : des gens issus de l'immersion, de l'immigration, et des francophones qui viennent du Manitoba ou d'ailleurs au Canada. »

Renforcer le cadre existant

« Ce n'est pas exactement une loi sur les services en français comme tel, mais c'en est une qui vient encadrer ces services et les autres acquis de la communauté », fait remarquer l'analyste politique Roger Turenne, qui parle d'un « aboutissement ».

La nouvelle loi encadrera notamment les dossiers liés au ministre des Affaires francophones et au Secrétariat aux affaires francophones.

Le projet établit :

  • un conseil consultatif des affaires francophones, composé de hauts fonctionnaires et de membres de la communauté, dont le mandat sera d'épauler le ministre responsable des Affaires francophones;
  • l'obligation pour les ministères et pour certaines entités publiques d'élaborer des plans stratégiques pluriannuels sur les services en français;
  • l'obligation pour le ministre responsable des Affaires francophones de présenter un rapport annuel;
  • la modernisation du Secrétariat aux affaires francophones.

« Il y a une imputabilité qui ressort de ce rapport, qu'on n'avait pas avant », note Roger Turenne.

« Il y a beaucoup d'éléments là-dedans qui nous permettent d'entamer des dialogues intéressants avec le gouvernement provincial. Il y a aussi des mesures qu'on demandait depuis longtemps », ajoute Jacqueline Blay.

« Le bon moment »

L'analyste politique Roger TurenneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'analyste politique Roger Turenne

Photo : ICI Radio-Canada

Le premier ministre Selinger croit que c'était le bon moment pour présenter ce projet de loi.

« C'est le temps. Nous sommes en 2015, nous avons fait beaucoup de progrès, affirme-t-il. Je crois que c'est un moment dans l'histoire de la législature où il y a plus de débat sur nos valeurs fondamentales, et une de nos valeurs-clé je crois que c'est la protection des langues officielles et le droit de nos minorités ici au Manitoba. »

Roger Turenne est persuadé que ce projet de loi sera bien reçu par les membres de l'Assemblée et par le grand public, car il y a eu une « évolution dans les mentalités » depuis les 30 dernières années.

Je pense que la société manitobaine et le monde politique sont arrivés à un niveau de maturité qui permettra que cette loi passe sans trop de controverse.

Une citation de :Roger Turenne, analyste politique

On ne sait pas encore si le vote sur ce projet de loi aura lieu avant les élections provinciales du printemps prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !