•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier campus carboneutre à l'Université Laval

Campus de l'Université Laval

Campus de l'Université Laval

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

L'Université Laval devient la première université québécoise à s'afficher carboneutre après avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et compensé l'émission de GES par l'achat de crédits de carbone.

Depuis 2006, l'optimisation de l'efficacité énergétique des pavillons, la ventilation naturelle et toutes les actions de la communauté universitaire ont permis de réduire de 27 % le bilan des émissions de GES du campus.

Gilles Pelletier, directeur adjoint au service des immeubles, mentionne que des mesures d'efficacité énergétique font partie intégrante de chaque nouveau projet. Le Stade Telus, par exemple, fait appel à des équipements de pointe pour optimiser le chauffage et la climatisation.

« On réduit l'utilisation de la vapeur pour chauffer l'enceinte, on récupère l'énergie qu'on envoie dans l'enceinte ça nous évite de produire de la vapeur à notre centrale d'énergie »

La forêt Montmorency en renfort

La forêt Montmorency, forêt d'enseignement et de recherche de l'Université Laval de 412 km2, contribue aussi à la réduction des GES. La forêt, dont la superficie a été multipliée par six dans la dernière année, constitue un important puits de carbone en absorbant des tonnes de CO2.

Pour atteindre la carboneutralité, l'Université a aussi acheté pour 5143 tonnes en crédit de carbone, au coût de 50 000 $.

Efforts rentables

Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière

Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière

Photo : ICI Radio-Canada

Le recteur de l'Université, Denis Brière, se dit très heureux des progrès accomplis jusqu'ici qui ont mobilisé toute la communauté universitaire. L'exercice s'avère d'ailleurs très rentable.

« En énergie, on a sauvé jusqu'à 3 millions de dollars par année. C'est sûr que ça, on remet ça dans notre filière carboneutre ou développement durable. Il y en a qui pensent que c'est un coût, mais ce n'est pas un coût le développement durable. »

Le recteur espère que d'autres institutions emboîteront le pas. « Une université, dans sa globalité, c'est un banc d'essai. Il y a plusieurs choses qu'on a faites en économie d'énergie qui peuvent être transférables ailleurs, pas seulement dans une université, mais dans toutes les infrastructures de n'importe quelle institution. »

L'Université dit vouloir continuer à réduire ses émissions de GES pour diminuer progressivement l'achat de crédits de carbone.

Les émissions provenant de la circulation automobile sur le campus ne sont pas considérées dans le calcul pour atteindre la carboneutralité

Québec

Environnement