•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des sucres plus hâtive

Chargement de l’image

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les producteurs peuvent s'attendre à deux ou trois semaines de devancement de la saison par rapport à la saison actuelle, affirme Louis Duchesne, qui étudie l'impact des changements climatiques sur les érables à sucre au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.

Un texte de Ginette MarceauCourriel de La semaine verte

La production acéricole fluctue en fonction de la température. Il faut des nuits sous la barre des 0 degrés Celsius, suivies de journées dont la température grimpe au-dessus de 0 pour favoriser la coulée. C'est le cycle du gel et du dégel. Et même les températures enregistrées l'été précédent ont un impact sur la production.

« On n'entrevoit pas de grands changements au niveau de la durée de la saison, mis à part dans le sud du Québec. Mais certaines régions plus chaudes pourraient voir certaines années, de façon occasionnelle, devenir des années de trop courte durée, des saisons de trop courte durée pour permettre des rendements intéressants. »

— Une citation de  Louis Duchesne

Déjà, les producteurs acéricoles ont eu un avant-goût de ce que leur réserve le réchauffement climatique.

« En 2008, en fait, on a eu un hiver avec beaucoup de neige, un froid très intense au mois de mars et un réchauffement très hâtif au mois d'avril, donc une très courte saison. Et puis, au Québec, on a enregistré les plus petits rendements au cours des 25 dernières années.  »

— Une citation de  Louis Duchesne

À court terme, il n'y aurait pas de baisse de rendement à l'entaille, mais entre 2050 et 2090, il pourrait y avoir une chute du rendement entre 15 et 22 %, due en partie à des mois d'avril plus chauds.

Quant à savoir si le goût du sirop d'érable va changer, l'histoire ne le dit pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !