•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alerte maximale à Bruxelles : 22 perquisitions, 16 arrestations

Des policiers à Bruxelles

Des policiers à Bruxelles

Photo : Yves Herman / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le niveau d'alerte maximale est maintenu à Bruxelles au moins jusqu'à lundi, les policiers ont mené des opérations dans plusieurs quartiers de la ville dimanche soir.

Lors d'un point de presse en soirée, le procureur général a indiqué que 19 perquisitions avaient été effectuées dans la région de Bruxelles et 3 à Charleroi et que 16 personnes avaient été arrêtées. La commune de Molenbeek, d'où provenaient plusieurs des auteurs des attentats de Paris, a notamment été visée.

Un individu a été blessé après avoir été atteint par des tirs lors d'une des opérations policières à Molenbeek.

Le procureur n'a pas donné beaucoup de détails sur les objets qui ont été trouvés ni sur les identités des personnes arrêtées. Il a néanmoins précisé que Salah Abdeslam, activement recherché pour son rôle présumé dans les attentats de Paris, est toujours au large.

« Nous pouvons indiquer qu'aucune arme ou explosif n'a été trouvé. Salah Abdeslam n'a pas été interpellé pendant les opérations », a déclaré le procureur Eric Van Der Sypt.

Plus tôt dimanche, le premier ministre belge, Charles Michel, a annoncé que les écoles et le métro seront fermés, lundi, dans la capitale belge.

Les cibles potentielles sont les centres commerciaux, les magasins ainsi que les transports publics, a ajouté le premier ministre Michel, qui craint une attaque comme en a connu Paris le 13 novembre.

Le niveau d'alerte 3 est maintenu quant à lui dans le reste  de la Belgique, a-t-il précisé.

Cette annonce survient après une deuxième journée en alerte maximale à Bruxelles. Les métros, cinémas, musées et les magasins sont demeurés fermés et les forces de l'ordre étaient massivement déployées dans la métropole.

Une terrasse vide sur la Grand-Place, à Bruxelles, dimanche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une terrasse vide sur la Grand-Place, à Bruxelles, dimanche.

Photo : Getty Images / JOHN THYS

Les autorités continuent de craindre une réplique des attentats de Paris, puisque Salah Abdeslam, qualifié d'« ennemi public numéro un » par la presse belge, reste introuvable. Il aurait fui vers la Belgique, selon deux hommes qui ont admis l'avoir aidé.

Son frère Brahim s'est fait exploser dans les attentats de Paris.

Mohamed Abdeslam appelle son frère à se rendre 

Mais un autre membre de la fratrie Abdeslam, Mohamed, a lancé à son frère Salah un appel à se rendre dans une entrevue à la RTBF.

Il a ajouté qu'il préférait voir son frère en prison plutôt qu'au cimetière. À l'intervieweur qui lui demandait s'il était lié aux attentats de Paris, Mohamed Abdeslam a déclaré que la police l'a libéré parce qu'il n'a rien à voir dans cette affaire.

Le frère de Salah Abdeslam, Mohamed, s'adresse aux médias.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le frère de Salah Abdeslam, Mohamed, s'adresse aux médias.

Photo : La Presse canadienne / Leila Khemissi

Les trois frères vivaient ensemble et étaient proches, selon lui. Il avait remarqué, au cours des derniers mois, que ses deux frères avaient commencé à prier et avaient cessé de boire de l'alcool.

« Moi, j'ai l'intime conviction que mes frères n'ont pas été radicalisés, c'est la raison pour laquelle on n'a rien vu, j'ai plutôt l'impression qu'ils ont été manipulés. »

— Une citation de  Mohamed Abdeslam

Il ignorait que Salah était surveillé par la sûreté de l'État et que Brahim avait tenté de s'introduire en Syrie.

En parlant de son frère en fuite, Mohamed Abdeslam pense que Salah a pu changer d'idée à la dernière minute.

« Il a peut-être vu quelque chose, entendu quelque chose qui n'était pas ce à quoi il s'attendait et a décidé de ne pas aller au bout de ce qu'il souhaitait faire. Nous ne savons pas encore si Salah a tué des gens, s'il était à des lieux précis où les attentats ont eu lieu. »

 Le gouvernement belge a pris la décision dans la nuit de vendredi à samedi, de hausser le niveau d'alerte, estimant que Bruxelles fait face à une menace « imminente ».

« Il s'agit de plusieurs suspects, c'est pourquoi nous avons mis en place une telle concentration de moyens », a affirmé samedi soir le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon. « Nous suivons la situation minute par minute. Cela n'a pas de sens de chercher à le cacher. Il y a une menace réelle, mais nous mettons tout en oeuvre jour et nuit afin de faire face », a-t-il insisté.

Les autorités conseillent toujours à la population d'éviter autant que possible les lieux où beaucoup de gens se rassemblent comme les centres commerciaux, les concerts, les événements ou les stations de transport public.

Ambassade canadienne fermée

L'ambassade du Canada en Belgique, située à Bruxelles, a annoncé dimanche soir qu'elle sera fermée jusqu'à nouvel ordre et qu'elle n'offrira que de l'aide consulaire d'urgence.

Obama refuse le terrorisme comme nouvelle norme

Le président américain a promis, lors de son passage à Singapour, dimanche de « détruire l'état islamique », de couper ses financements et de traquer ses dirigeants. Il a ajouté que la Russie n'a pas encore accepté que Bachar Al-Assad doive quitter la présidence de la Syrie, afin de mieux combattre le groupe armé État islamique.

« Détruire l'État islamique n'est pas seulement un objectif réaliste, c'est une tâche que nous allons mener au bout. »

— Une citation de  Barack Obama

« Nous les éliminerons. Nous reprendrons les terres où ils sont, nous supprimerons leurs financements, nous traquerons leurs dirigeants, nous démantèlerons leurs réseaux, leurs lignes de ravitaillement, et nous les éliminerons. »

Barack Obama a ajouté qu'il « serait utile » que la Russie concentre ses efforts sur les cibles du groupe armé État islamique. Il espère toujours que Moscou acceptera une transition politique en Syrie, y compris le départ du président Bachar Al-Assad.

Attentats terroristes à Paris
Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !