•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Calgary obtient une injonction contre Uber

L'entreprise de transport Uber offre ses services à Calgary.

L'entreprise de transport Uber offre ses services à Calgary.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les chauffeurs du service de covoiturage Uber pourraient être arrêtés et traduits devant la justice, après que la ville de Calgary eut obtenu une injonction contre la compagnie.

Le jugement de la Cour du banc de la Reine de vendredi indique que les conducteurs d'Uber enfreignent le règlement municipal de Calgary de manière « délibérée et de façon continue ».

L'injonction temporaire dit que toute personne qui enfreindra les règles « pourrait être arrêtée par des policiers du service de police de Calgary ». Elle est en vigueur jusqu'au 17 décembre. La Ville  devrait ensuite demander une injonction permanente.

Si la municipalité de Calgary est ravie du jugement, Uber est très déçue. « Nous suspendrons nos opérations dès 6 h demain matin. C'est un jour très triste pour les travailleurs et nous sommes en discussions pour que notre service soit de nouveau disponible rapidement à Calgary. »

Don Caruthers, un des 57 chauffeurs visés par l'injonction dit que la ville exagère. Selon lui, Uber vérifie les antécédents des conducteurs autorisés par l'entreprise, incluant leurs états financiers et un historique de leur véhicule. « Il faut franchir plusieurs étapes, ce n'est pas simple », dit-il.

M. Caruthers précise qu'une partie du problème est que les conseillers municipaux ne comprennent pas la génération des téléphones intelligents et que les consommateurs d'Uber apprécient l'efficacité d'un service basé sur une application.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !