•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande première pour le projet de loi d'une université franco-ontarienne

La député France Gélinas est accompagnée de jeunes Franco-Ontariens qui réclament une université francophone en Ontario

La député France Gélinas est accompagnée de jeunes Franco-Ontariens qui réclament une université francophone en Ontario

Photo : Alex Boissonneault

Radio-Canada

Le projet de loi privé du NPD visant à mettre sur pied un comité transitoire de gouvernance, la première étape menant à la création d'une université de l'Ontario français, a été adopté en deuxième lecture jeudi à Queen's Park. Les libéraux et les conservateurs ont donné leur appui au projet de loi néo-démocrate, qui passera maintenant devant le comité permanent de la politique sociale. C'est la première fois que le projet se rend aussi loin.

Son auteure, la députée de Nickel Belt France Gélinas, a fait le point sur le projet en début d'après-midi, accompagnée par des jeunes Franco-Ontariens.

Projet d'une Université franco-ontarienne

Les jeunes ont affirmé que peu importe l'issue du processus politique, lors d'un troisième vote qui aura lieu à une date qui reste à déterminer, ils continueront de se battre pour que le projet se réalise.

Le chef du Parti conservateur, Patrick Brown, est parmi ceux qui appuient le projet.

Lors de la période des questions jeudi matin, Patrick Brown a souligné que les francophones gèrent déjà leurs écoles, conseils scolaires et collèges. Il estime donc qu'il devrait aussi gérer leurs programmes universitaires. Il ajoute qu'une université francophone permettrait aux diplômés de langue française d'obtenir des emplois en Ontario et de rester dans la province.

Jusqu'à maintenant, le gouvernement libéral a donné son appui à l'idée, mais sans annoncer de financement.

Parmi les questions litigieuses : le choix du site de cette nouvelle université. Selon le projet de loi, c'est son conseil d'administration qui trancherait.

« L'avantage principal [d'une université franco-ontarienne], c'est de donner à nos jeunes Franco-Ontariens accès au savoir universel, un lien avec les autres universités de la francophonie », a affirmé dans le passé le représentant du nord-est de la province à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Réjean Grenier.

Échéancier

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO), l'AFO et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) voudraient ouvrir un campus à Toronto d'ici 2018.

Toutefois, la députée libérale d'Ottawa-Orléans Marie-France Lalonde a affirmé que cet échéancier était « pratiquement impossible ».

Ontario

Éducation