•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dôme dédié aux changements climatiques pour la Journée de la géomatique

Le dôme érigé à l'Université de Sherbrooke

Le dôme érigé à l'Université de Sherbrooke

Photo : ICI Estrie/Jean Arel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Comprendre, chercher et prévenir le réchauffement climatique, voilà les objectifs de la Journée internationale de la géomatique tenue à l'Université de Sherbrooke. L'historien et théologien de l'Agence spatiale française, Jacques Arnould, y présente mercredi soir une conférence inspirée par son nouveau livre, Une perle bleue : la Terre, l'espace et le changement climatique.

« L'espace a apporté aux hommes les moyens de travailler à sauver la planète avec plus de connaissances, mais il faut savoir qu'il n'y a pas de plan B. La fonte des glaciers est une réalité! » prévient celui qui reste optimiste face aux changements climatiques.

Extrait du documentaire Les changements climatiques

Il en profitera tout de même pour livrer quelques mises en garde. Selon lui, il faut que les villes côtières cessent de construire des habitations en bordure des mers. Elles doivent plutôt se préparer devant la hausse importante du niveau de l'eau.

« Nos grands-parents vivaient dans un espace sans beaucoup de mouvement. Nous vivons dans un espace où tout va de plus en plus vite. La prochaine génération vivra d'une façon très différente. L'humanité ne sera plus jamais la même », rappelle-t-il.

Le jour G au dôme de la Terre 

La conférence de l'historien des sciences et théologien Jacques Arnould aura lieu ce soir, à 19 h 30, dans le dôme G de la Terre, devant le Centre culturel de l'Université de Sherbrooke, érigé pour l'occasion. Plusieurs conférences y ont eu lieu au cours de la journée. 

Et à Paris 

Le professeur de l'Université de Sherbrooke Alain Royer et l'étudiant responsable du projet, Bruno Courtemanche, entourent Jacques Arnould, de l'Agence spatiale française.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le professeur de l'Université de Sherbrooke, Alain Royer, et l'étudiant responsable du projet, Bruno Courtemanche, entourent Jacques Arnould, de l'Agence spatiale française.

Photo : ICI Estrie/Jean Arel

À quelques jours de la conférence de Paris sur le climat, Jacques Arnould dit espérer une prise de conscience générale de toutes les nations.

« Il y a des limites monétaires et des limites politiques, mais il faut se donner des mécanismes pour freiner le réchauffement de la planète », explique l'auteur. Selon lui, l'objectif d'une augmentation maximale de la température est réaliste.

Les gouvernements réunis en France auront cependant un autre défi : ils devront réaliser que la crise actuelle des migrants est une bande-annonce de ce qui attend le monde entier. Ils doivent se préparer à gérer la crise des migrants climatiques, prévient-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !