•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydrocarbures : Gaspé demande à nouveau la tenue d'audiences du BAPE

Les explications de Bruno Lelièvre
Radio-Canada

Les citoyens de Gaspé ont profité des consultations publiques sur les hydrocarbures pour demander à nouveau que le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement se penche sur les projets d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures en Gaspésie.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, qui a été le premier à présenter son mémoire, a donné le ton de la soirée.

Il a souligné l'importance d'étudier tous les projets d'exploitation qui possèdent tous leurs particularités et diffèrent les uns des autres.

Il y a une instance indépendante et experte qui existe au Québec qui s'appelle le BAPE, qui est là pour répondre aux questions en matière d'environnement, en matière de retombées économiques, en matière d'acceptabilité sociale, en matière de santé publique. 

Daniel Côté, maire de Gaspé

Analyse globale

Le quai de GaspéLe quai de Gaspé Photo : ICI Radio-Canada

Les gens d'affaires de la région de Gaspé abondent dans le même sens.

Frédéric Côté, président de la Chambre de commerce de Gaspé, fait valoir que l'impact du développement de la filière des hydrocarbures doit être analysé dans le contexte économique global.

On sait que nous avons des activités importantes au niveau touristique, au niveau des pêcheries. C'est important que ce soit préservé. Le développement de cette filière doit se faire avec l'entièreté du développement économique. 

Frédéric Côté, président de la Chambre de commerce de Gaspé

La Chambre de commerce de Gaspé estime par ailleurs que l'implantation d'un TechnoCentre sur les hydrocarbures serait un atout pour la région. Ce serait, fait-elle valoir, une manière d'assurer des retombées économiques stables pour la communauté.

Lise Chartrand, du Comité ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé, appuie aussi la tenue d'audiences publiques, mais avoue que cela ne changera pas la position de son organisme quant à l'exploitation des énergies fossiles dans le secteur de Gaspé. « Nous sommes déjà outillés d'études, d'avis scientifiques qui font en sorte que ce développement en zone résidentielle n'a vraiment pas sa place », explique Mme Chartrand.

Processus critiqué

Une quarantaine de personnes assistent à la rencontre publique sur le développement des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.Une quarantaine de personnes assistent à la rencontre publique sur le développement des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti. Photo : ICI Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes ont répondu à l'invitation du gouvernement qui souhaite entendre les citoyens sur deux évaluations environnementales stratégiques (EES), soit sur le développement de la filière des hydrocarbures au Québec et l'exploitation et l'exploration gazière et pétrolière sur l'île d'Anticosti.

Dix mémoires ont été présentés à Gaspé, où, comme à Montréal lundi, les citoyens et associations ont dénoncé le caractère précipité et peu rigoureux du processus de consultation.

C'est seulement un exercice de relations publiques du gouvernement pour justifier ces décisions, la majorité des décisions, dont on discute ce soir, sont déjà prises par les autorités.

Laurent Juneau, citoyen de Gaspé.

La tournée de consultations a été lancée lundi et s'effectue dans sept villes du Québec.

L'objectif des consultations est de produire un rapport qui sera déposé au début 2016 au ministre des Ressources naturelles Pierre Arcand et au ministre de l'Environnement David Heurtel.

Le rapport devrait les aider à rédiger la politique énergétique du Québec et la Loi sur les hydrocarbures. Cette loi devrait être présentée au mois de janvier.

La tournée de consultations se poursuit ce soir aux Îles-de-la-Madeleine.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie