•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux morts et huit arrestations dans une opération antiterroriste en France

Les membres des forces de l'ordre sur les lieux de l'assaut à Saint-Denis au nord de Paris Photo: Christian Hartmann / Reuters
Radio-Canada

L'opération antiterroriste lancée dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Denis, au nord de Paris, dans le but d'attraper celui qui aurait orchestré les attaques de vendredi dernier, s'est soldée par la mort de deux djihadistes présumés et a mené à l'arrestation de huit personnes.

La principale cible de l'assaut était le cerveau présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud. On ignore pour l'instant s'il a été tué lors de l'opération. Mais il ne figure pas parmi les huit personnes arrêtées à l'issue du siège de sept heures, a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins.

On ignore pour l'instant s'il a été tué lors de l'assaut.

Salah Abdeslam, un des deux suspects toujours en fuite, ne fait pas non plus partie des personnes en garde à vue, parmi lesquelles figurent sept hommes et une femme.

Trois de ces personnes ont été arrêtées dans l'appartement de la rue Corbillon où se déroulait l'intervention policière. Deux personnes, qui tentaient de se cacher dans les décombres, ont également été interceptées.

Une nouvelle équipe de terroristes a été neutralisée et tout laisse à penser que, au regard de leur armement, leur organisation structurée et leur détermination, ce commando pouvait passer à l'acte.

Le procureur de Paris, François Molins

Les autorités ont arrêté deux autres personnes, dont celui à qui appartient l'appartement de la rue Corbillon où se déroulait l'intervention policière. Jawad Bendaoud a déclaré au réseau de télévision français BFMTV qu'il avait prêté l'appartement aux suspects pour rendre un service à un ami, qui lui avait demandé « d'héberger ses deux potes pour quelques jours ».

« Je n'étais pas au courant que c'étaient des terroristes », a-t-il affirmé en se faisant passer les menottes par les policiers.

Selon une source proche de l'enquête, citée par l'agence Reuters, les autorités étaient sur la piste de présumés djihadistes planifiant une attaque dans le quartier des affaires de Paris lorsqu'ils ont donné l'assaut à Saint-Denis. La Défense regroupe plusieurs milliers d'entreprises, qui occupent les gratte-ciel du secteur, en plus d'immeubles de logements et de centres commerciaux.

Attentats terroristes à Paris

Pour suivre en direct sur votre appareil mobile les événements de Paris, cliquez ici.

Les corps n'ont pas été identifiés

L'assaut de Saint-Denis visait le principal suspect derrière les attaques de ParisEntrevue avec Jihane Amrous

Le procureur de Paris a par ailleurs précisé que les corps retrouvés dans l'appartement qui a fait l'objet de l'assaut n'avaient pas été encore identifiés.

Une femme est morte en activant son gilet explosif au moment où les policiers sont entrés dans l'immeuble résidentiel. Selon plusieurs médias, il s'agirait d'une cousine d'Abdelhamid Abaaoud.

Le deuxième individu, abattu par la police, a été « heurté par des projectiles et des grenades », a précisé M. Molins.

Quatre policiers ont aussi été blessés légèrement, selon un représentant de la police.

Témoignage d'une voisine au sujet de l'intervention

Pour regarder le témoignage d'une voisine du lieu de l'intervention sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Assaut à l'aube

Les échanges de tirs ont éclaté vers 4 h 30, heure locale, à Saint-Denis, à environ un kilomètre du Stade de France, où trois kamikazes se sont fait exploser vendredi.

D'importants renforts, dont un hélicoptère, des militaires et d'autres moyens de secours ont été déployés sur place.

Après la fin de l'opération policière, les forces de l'ordre ont poursuivi des fouilles dans les environs de l'immeuble, notamment dans une église. Les policiers ont également examiné au peigne fin l'appartement où se trouvaient les suspects.

L'assaut a été déclenché après que les autorités eurent reçu des informations faisant état de la présence du cerveau présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, sur le territoire français, a précisé le procureur de Paris.

Le témoignage livré aux autorités lundi « a fait l'objet de nombreuses vérifications téléphoniques et bancaires », a indiqué M. Molins.

Il a présenté Abaaoud comme un individu « suspecté d'être l'inspirateur de nombreux projets d'attentats ou attentats terroristes en Europe pour le compte de l'organisation terroriste État islamique ».

Qui est Abdelhamid Abaaoud?

L'homme de 28 ans est un membre actif du groupe armé État islamique en Syrie, où les autorités croyaient qu'il se trouvait sous le nom d'Abou Omar al-Baljiki. Il est né à Molenbeek, commune considérée comme le berceau de nombreux djihadistes en Belgique. Sa famille a immigré au pays il y a 40 ans.

Selon les autorités, il n'en serait pas à ses premières planifications d'attentats terroristes. Son nom est mentionné dans plusieurs enquêtes policières.

Le président Hollande exhorte les Français à ne pas céder à la peur

Le président François Hollande s'est adressé à la France après l'opération policière. « C'est l'État entier qui est attaqué. Ne cédons pas à la peur », a-t-il déclaré devant le Rassemblement des maires, à Paris.

Les actions de Saint-Denis confirment que nous sommes en guerre.

Le président François Hollande

Deux des auteurs présumés des attaques de vendredi sont activement recherchés, Salah Abdeslam et un second fugitif encore non identifié. Tous deux étaient dans la Seat noire utilisée pour attaquer des terrasses de bars et de restaurants dans le 11e arrondissement de la capitale. Leur présence dans l'appartement du centre-ville de Saint-Denis visé par le Raid n'a pas été confirmée.

Bilan des opérations policières depuis vendredi soir

  • 58 000 policiers, 50 000 gendarmes et 10 000 militaires déployés en France
  • 414 perquisitions
  • 60 arrestations
  • 118 assignations à résidence
  • 75 armes saisies
Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

International