•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de Canadiens favorables à combattre l'EI depuis les attentats de Paris

Photo : Jason Franson/Canadian Press

Radio-Canada

Les attentats de Paris du 13 novembre, revendiqués par le groupe armé État islamique (EI), ont fait grimper le nombre de Canadiens favorables à un rôle accru du Canada dans la lutte contre ce groupe terroriste.

L'entreprise Vox Pop Labs, qui a créé la Boussole électorale, a comparé les réponses posées aux mêmes questions durant la récente campagne électorale fédérale puis du 14 au 16 novembre, soit après la tragédie qui a coûté la vie à plus de 130 personnes dans la capitale française.

Or, les auteurs de la Boussole électorale ont constaté que « la proportion des Canadiens qui sont pour un accroissement du rôle du Canada dans la mission de combat a grimpé, passant de 36 % à la fin de la campagne à 48 % après les attentats de Paris ».

Pour voir le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

De plus, les Canadiens se sont dits plus ouverts à la surveillance après les attentats de Paris que pendant la campagne électorale fédérale, lors de laquelle la loi antiterroriste du gouvernement Harper était un enjeu important.

La proportion de Canadiens s'opposant à l'accroissement des pouvoirs de surveillance du gouvernement est ainsi passée de 44 % à 31 %.

Pour voir le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Quant à la question des efforts à déployer pour répondre ou pas aux besoins d'accommodement des minorités religieuses, lors de la campagne électorale, 48 % des Canadiens ont dit souhaiter qu'on permette moins d'accommodements au Canada, contre 43 % tout de suite après les attentats de Paris, du 14 au 16 novembre.

« Il ne semble pas que les attentats aient causé un durcissement de l'opinion publique envers les minorités religieuses au Canada », dit Clifton van der Linden, directeur de Vox Pop Labs.

Pour voir le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

« En fait, nous observons un niveau un peu plus élevé de soutien aux minorités religieuses suite aux attentats de Paris que durant la campagne électorale fédérale, bien que cela puisse s'expliquer en partie par la politisation de la question du niqab au cours de la campagne », ajoute le candidat au doctorat en science politique à l'Université de Toronto.

La volonté d'accueillir des réfugiés syriens en baisse

Quelques jours avant les attentats de Paris, Vox Pop Labs avait par ailleurs lancé une enquête qui comportait des questions sur les attitudes des Canadiens envers les réfugiés syriens.

En comparant les opinions exprimées immédiatement avant et après les attentats, les auteurs du rapport remarquent que « le niveau de soutien à l'établissement de réfugiés syriens au Canada a été ramené de 74 % avant les attentats à 69 % au cours des jours qui ont suivi ». Les auteurs notent cependant que « le niveau de sympathie des Canadiens envers les réfugiés syriens est le même avant et après les attentats ».

Pour voir le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

MÉTHODOLOGIE

Les attitudes des Canadiens envers la mission de combat contre le groupe armé État islamique, l'accommodement des minorités religieuses et la surveillance en ligne ont été obtenues auprès d'un échantillon aléatoire de 1681 répondants à la Boussole électorale lors de la campagne électorale fédérale canadienne de 2015, du 30 août au 19 octobre, et du 14 au 16 novembre.

Les résultats concernant les attitudes des Canadiens envers les réfugiés syriens ont été obtenus au moyen d'une enquête effectuée par Vox Pop Labs auprès de 2497 Canadiens entre le 12 et le 14 novembre 2015.

À la différence des sondages, les répondants de la Boussole électorale ne sont pas présélectionnés. Tout comme dans un sondage cependant, les données proviennent d'un échantillon non aléatoire de la population; elles ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d'un échantillon représentatif de la population du Canada selon les données du recensement.

Les facteurs de pondération sont le lieu de résidence, le sexe, l'âge, le niveau d'instruction et la langue maternelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International