•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier CPE pour les enfants autochtones en construction à Saguenay

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le Centre d'amitié autochtone du Saguenay accueillera un CPE, en janvier

Le Centre d'amitié autochtone du Saguenay accueillera un CPE, en janvier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travaux vont bon train au Centre d'amitié autochtone du Saguenay en prévision de l'ouverture, en janvier, d'un premier centre de la petite enfance (CPE) destiné aux enfants autochtones dans la région de Saguenay.

Le CPE Mikuennis pourra accueillir 45 enfants par jour dans un environnement teinté par la culture autochtone. L'annonce du projet a été faite il y a plus de deux ans. Un autre CPE autochtone a été ouvert cet automne, à Mashteuitash.

Shantala LangevinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Shantala Langevin

Photo : Radio-Canada

« On crée un milieu qui ressemble aux enfants autochtones, explique la directrice du Centre d'amitié autochtone du Saguenay, Shantala Langevin. On pense souvent qu'ils sont ici, donc qu'ils vivent comme nous. Oui, ils vivent comme nous, mais il y a des particularités culturelles, à commencer par la langue, mais aussi dans les façons de penser, les façons de vivre, etc. »

Plusieurs familles, comme celle de Patrick Ouellet, originaire de Pessamit, ont déjà réservé leur place. « Pour l'intégration des enfants, précise le père. En milieu urbain, ceux-là qui sortent des réserves et qui s'en vont aux études ou qui s'en vont travailler, veut, veut pas, c'est plus facile pour les Autochtones d'aller dans un centre d'amitié autochtone se référer pour une garderie. »

En plus d'héberger une partie du CPE, le nouvel édifice de la rue Jacques-Cartier, dans l'arrondissement de Chicoutimi, permettra au Centre d'amitié autochtone d'agrandir sa superficie. Le projet est évalué à environ 1 million de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !