•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anciens dépotoirs : Montréal rendra l’information publique

Une rue à proximité de l'ancien dépotoir Villeray Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Montréal assure qu'elle mettra en ligne une carte indiquant l'emplacement de tous les anciens dépotoirs situés sur son territoire. Et il y en aurait bien plus que les 62 recensés dans le rapport de 1994 dont Radio-Canada a obtenu copie mercredi.

Un texte de Benoît Giasson, de La facture

« On s'engage à produire une carte des carrières qui sont devenues des dépotoirs dans les meilleurs délais », dit Réal Ménard, responsable de l'environnement au comité exécutif de la Ville. Cependant, l'administration Coderre ne s'engage pas à aider ceux qui ont des problèmes actuellement. Plusieurs Montréalais qui ignorent que leur résidence est construite sur un ancien dépotoir risquent d'en payer le prix.

À titre d'exemple, au-dessus de l'ancien dépotoir Villeray se trouvent une centaine de résidences; sur le dépotoir DeLorimier Quarry, près du parc Rosemont, il y a 13 immeubles d'appartements; et sur le dépotoir Rhéaume, au nord du parc Maisonneuve, on trouve 44 bâtiments.

Nous avons contacté certains propriétaires, qui ont été très surpris d'apprendre que leur terrain était peut-être contaminé. Denise Charpentier a dû payer 150 000 $ pour décontaminer son terrain, situé sur l'ancien dépotoir Fullum, près du parc Baldwin, avant de le vendre.

Ce sont toujours les citoyens qui finissent par payer ce camouflage.

Denise Charpentier
Denise Charpentier a dû payer 150 000 $ pour décontaminer son terrain, situé sur l'ancien dépotoir Fullum, près du parc Baldwin, avant de vendre la propriété.Denise Charpentier a dû payer 150 000 $ pour décontaminer son terrain, situé sur l'ancien dépotoir Fullum. Photo : Radio-Canada

Elle souhaite se joindre à un recours collectif qui doit être déposé prochainement contre la Ville de Montréal. Le conseiller Réal Ménard soutient que la Ville n'est pas responsable des dommages éventuels causés par les contaminations. C'est la Ville qui a autorisé la construction de ces résidences sur d'anciens dépotoirs.

Mise à jour (30 octobre 2017) : Notre carte sur les anciens dépotoirs n'est plus disponible pour des raisons techniques. Elle se basait sur le Rapport de surveillance des biogaz et caractérisation des déchets (Nouvelle fenêtre) du Service des travaux publics de la Ville de Montréal (1994).

Mise à jour (12 avril 2016) : Le 12 avril 2016, la Ville de Montréal publie de nouvelles cartes (Nouvelle fenêtre) des anciens dépotoirs. Ces cartes indiquent aussi que les localisations des anciennes carrières sont indéterminées ou approximatives.

Société