•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants en service de garde ne font pas assez d'exercice, selon une étude

Doit-on augmenter le coût des services de garde?

Doit-on augmenter le coût des services de garde?

Photo : iStock

Radio-Canada

Une étude révèle que seulement 15 % des enfants âgés de 3 et 4 ans et 5 % des enfants de 5 ans au Canada atteignent les cibles quotidiennes d'activité physique. 

Un texte de Denis-Michel ThibeaultTwitterCourriel

L'étude menée par la docteure Kristi Adamo, de l'Université d'Ottawa, en partenariat avec le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) et financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) vise à trouver des pistes de solution pour augmenter le nombre de minutes d'activité physique chez les enfants.

« Dans les garderies, on veut augmenter [le nombre de] mouvements simples, comme sauter, lancer un ballon, galoper. Si on peut faire ça, ça va diminuer le [...] temps que les enfants [passent] assis », explique l'assistante de recherche, Patricia Burhunduli.

La chercheuse précise que les enfants devraient avoir au moins 180 minutes d'activité physique intense par jour. Selon Mme Burhunduli, en augmentant le temps consacré à l'activité physique en bas âge, les risques d'obésité, de maladies liées au métabolisme et de maladies cardiaques diminuent.

Avantages variés

L'équipe de recherche a aussi noté que les enfants qui atteignent les cibles d'activité physique en tirent des avantages qui vont au-delà de la santé physique. « Ce qu'on voit, c'est que, quand ils sont jeunes, ça va améliorer le sommeil, ils performent mieux à l'école quand ils font beaucoup d'activité physique. Ça améliore aussi l'humeur, l'estime de soi, l'énergie », explique Patricia Burhunduli. 

À la garderie Les Enfants précieux, de Saint-Boniface, les enfants passent au moins le quart de leur journée dehors et le personnel remarque une différence les jours où les enfants consacrent plus de temps à l'activité physique. « Il y a moins de problèmes de comportement. Les enfants s'amusent beaucoup plus », explique la directrice de l'établissement, Michèle Demarcke.

Selon la professeure en éducation de la jeune enfance à l'Université de Saint-Boniface Dominique Arbez, les parents et les éducateurs en garderie doivent aussi apprendre à laisser leurs enfants faire des activités qui impliquent un certain niveau de risque.

On empêche les enfants de prendre des risques qui sont sains, qui sont bons pour leur santé et qui vont leur permettre de maîtriser des habiletés physiques qui sont plus avancées.

Dominique Arbez, professeure en éducation de la jeune enfance à l'USB

Selon Mme Arbez, il faut peut-être se poser plus de questions sur les structures ou les environnements dans lesquelles les enfants se trouvent. « On a vraiment besoin d'étudier [ces concepts] davantage et on a besoin de sensibiliser le secteur à cela » , poursuit-elle. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé