•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le resserrement du programme d'aide sociale est mal reçu par les groupes d'aide de la Mauricie

Aide sociale : mythes et réalités

Aide sociale : mythes et réalités

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs organismes d'aide aux personnes pauvres de la Mauricie dénoncent le projet de loi déposé mardi par le gouvernement du Québec, qui rendra l'accès aux prestations d'aide sociale beaucoup plus difficile.

En vertu du projet de loi, les demandeurs devront obligatoirement accepter un emploi ou de la formation, sous peine de voir leurs prestations coupées de moitié.

La Mauricie est la région ayant le plus haut taux d'assistance sociale, où près d'une personne sur dix bénéficie de prestations. 

« L'emploi disponible pour des gens avec peu de scolarité n'est pas si disponible que ça », dit la coordonnatrice générale de l'organisme COMSEP, Sylvie Tardif, ajoutant que « les emplois qui sont disponibles sont des emplois plus spécialisés ».

Quand tu te fais dire 5,10 fois en ligne non ou que tu vois de tes propres yeux que la personne à qui tu donnes ton CV le jette à la poubelle, tu n'as plus l'intention de faire des démarches.

Une citation de :Une bénéficiaire de l'aide sociale en Mauricie

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante salue quant à elle le projet de loi, affirmant qu'il permettra aux employeurs de mieux arrimer leurs besoins avec la main-d'oeuvre. 

Avec cette mesure, le gouvernement compte épargner jusqu'à 50 millions de dollars par an.

D'après les informations de Maude Montembeault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !