•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme : Ambulance Nouveau-Brunswick s'incline

Ambulance Nouveau-Brunswick reconnaît ses torts en matière de bilinguisme
Radio-Canada

Ambulance Nouveau-Brunswick reconnaît ses torts en matière de bilinguisme. Elle donne donc raison à Murielle et Danny Sonier de Moncton, qui ont intenté une poursuite en justice après un incident survenu en février 2013.

Il s'agit d'une victoire partielle pour ceux qui veulent pousser Ambulance Nouveau-Brunswick à mieux desservir les Acadiens.

« Pour l'instant, disons qu'on a gagné le fait que ça procède. On a gagné le fait qu'on reconnaît la responsabilité. Mais pour nous on n'aura jamais gagné aussi longtemps qu'on n'a pas assuré qu'à l'avenir des situations comme celle-ci ne se reproduisent jamais », affirme le juriste Michel Doucet.

La seule chose qui demeure importante pour nous c'est de voir qu'est-ce qu'on peut faire pour éviter que ça se reproduise à l'avenir.

Michel Doucet, juriste

En février 2013, Danny Sonier, est tombé dans un coma diabétique. Les deux ambulanciers qui lui ont prêté secours étaient unilingues anglophones.

Le Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick a par la suite donné raison aux Sonier lorsqu'ils se sont plaints.

Ces derniers ont ensuite intenté une poursuite en justice contre Ambulance Nouveau-Brunswick.

Danny SonierDanny Sonier Photo : ICI Radio-Canada

Jointe au téléphone Mme Sonier a refusé de commenter la nouvelle. Elle affirme néanmoins être « vraiment contente que le dossier va de l'avant ».

De leur côté Ambulance Nouveau-Brunswick et le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick répondent qu'ils ne peuvent pas faire de commentaire, puisque cette affaire est devant les tribunaux.

« La seule chose qui demeure importante pour nous c'est de voir qu'est-ce qu'on peut faire pour éviter que ça se reproduise à l'avenir », soutient Me Doucet.

Car il y aura effectivement un procès et le tribunal devra décider ce qui doit être fait pour assurer qu'Ambulance Nouveau-Brunswick dessert les patients dans la langue de leur choix.

D'après le reportage de Michel Nogue

Acadie

Politique