•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coderre promet de remplir les conditions imposées par Ottawa

Denis Coderre réagit au nouvel arrêté ministériel.

Radio-Canada

Le maire de Montréal promet de remplir les conditions posées par Ottawa pour aller de l'avant avec le déversement prévu de quelque 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

« Il va y avoir déversement », a précisé, affirmatif, Denis Coderre, qui soutient d'entrée de jeu être « tout à fait d'accord avec les conditions » de la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, avec qui il dit s'être entretenu à deux reprises.

Le maire a d'ailleurs déclaré peu après, par communiqué, qu'il annoncerait mardi matin, en conférence de presse, le début des travaux d'entretien de l'intercepteur Sud-Est et l'aménagement de la chute à neige Riverside. Le déversement est nécessaire, selon l'administration Coderre, afin de mener ces travaux à bien.

Dans un arrêté ministériel émis plus tôt en journée, la ministre libérale annonçait que la Ville pourra procéder au déversement dès qu'elle répondra à quatre conditions principales.

Cela pourrait survenir dès « demain », mais au plus tard le 5 décembre, a-t-elle précisé.

Après cette date, le déversement aurait un impact environnemental trop marqué sur l'écosystème du fleuve, a indiqué Mme McKenna.

Je reconnais que le rejet d'eaux usées non traitées est loin d'être une solution idéale, mais la Ville de Montréal doit effectuer rapidement des travaux d'entretien essentiels à son infrastructure afin de prévenir tout rejet non prévu qui pourrait causer encore plus de dommages à l'environnement et aux espèces aquatiques.

Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et des Changements climatiques

La ministre en a fait l'annonce au cours d'une conférence téléphonique avec les médias donnée à partir de Paris, où elle participe à une rencontre préparatoire à la Conférence de l'ONU sur les changements climatiques.

Déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-LaurentAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent

Photo : ICI Radio-Canada

Quatre conditions principales

S'appuyant sur le rapport scientifique indépendant rendu public vendredi dernier, la ministre exige notamment que la Ville revoie son plan d'urgence pour faire face aux imprévus susceptibles de survenir pendant le déversement.

Montréal devra aussi mettre en œuvre un processus de « surveillance visuelle » pendant l'intervention afin d'identifier les lieux d'accumulation de matières qui remonteraient à la surface, de façon à nettoyer les zones touchées par le déversement.

La Ville devra également surveiller la qualité de l'eau, des sédiments et de la flore « avant, pendant et après » l'intervention, puis transmettre les données scientifiques à Environnement et Changement climatique Canada. Cette condition est valable jusqu'en juin 2016, précise le communiqué émis par le ministère.

Enfin, la Ville devra se livrer à un examen approfondi des événements qui ont mené à « l'incident ». Les parties touchées par le déversement, notamment les Premières Nations de la région et le gouvernement du Québec, pourront prendre part à cet examen, qui sera dirigé par le ministère.

Un des objectifs importants de cet examen sera de voir à ce qu'à l'avenir, dans le cadre de projets semblables, la mobilisation et les consultations qui s'imposent aient lieu. Un autre des objectifs de l'examen sera de faire en sorte qu'un tel rejet ne se produise pas à nouveau.

Extrait du communiqué d'Environnement et Changement climatique Canada

« Nous ferons mieux à l'avenir », a-t-elle promis.

Mme McKenna a indiqué qu'elle avait consulté le maire de Montréal, les communautés des Premières Nations de la région et le gouvernement du Québec.

Selon la ministre, le maire de Montréal, Denis Coderre, croit que la Ville sera en mesure d'y répondre dans les délais prescrits. Sinon, le déversement devra être reporté à une période ultérieure, et les conditions, revues.

Le maire a d'ailleurs annoncé peu après la tenue, mardi matin, d'une conférence de presse en compagnie du président du comité exécutif de la Ville de Montréal, M. Pierre Desrochers, et de la responsable de l'eau et des infrastructures de l'eau, Mme Chantal Rouleau, afin d'annoncer le début des travaux et d'expliquer les mesures d'atténuation mises en place par la Ville.

La conférence sera précédée d'une session de breffage technique donnée par des responsables administratifs de la Ville de Montréal. « On va vous donner tout le protocole et la façon dont on va fonctionner », a-t-il dit en conférence de presse.

C'est la ministre conservatrice de l'Environnement, Leona Aglukkaq, qui avait émis l'arrêté ministériel initial, en pleine campagne électorale fédérale, invoquant la nécessité d'interdire le déversement le temps de réaliser un « examen scientifique indépendant ».

Rappelant qu'elle avait « hérité » du dossier, la ministre McKenna a affirmé que sa décision était « fondée sur la science ».

Le maire Coderre, qui avait accusé les conservateurs au pouvoir de se livrer à des « manoeuvres politiques », se réjouit maintenant de l'approche de la nouvelle ministre.

« Autant l'ancienne ministre voulait faire de la politique, aujourd'hui, la ministre McKenna a abrogé l'arrêt ministériel de Mme Aglukkaq », s'est-il félicité.

La Ville prévoyait initialement de rejeter ses eaux usées dans le Saint-Laurent, entre le 18 et le 30 octobre, le temps de déplacer la chute d'un méga-égout du sud de la municipalité afin que les travaux d'abaissement de la structure de l'autoroute Bonaventure puissent aller de l'avant.

Pour le maire de la métropole, qui a répété qu'il n'avait pas d'autres options que de procéder à ce déversement, l'événement doit servir « d'opportunité » pour accumuler des données et regarder quels en seront les impacts. « L'important, c'est d'apprendre de ces déversements-là », a-t-il affirmé.

Société