•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Essar Steel Algoma placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies

Essar Steel à Sault-Sainte-Marie

Essar Steel à Sault-Sainte-Marie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un communiqué, le président-directeur général de l'aciérie Essar Steel Algoma de Sault-Sainte-Marie affirme que, malgré des compressions et des efforts pour augmenter la productivité, il a fallu agir pour protéger l'entreprise.

« Nous comptons parmi les plus importants producteurs d'acier en Amérique du Nord (...) Malgré nos efforts, le prix de l'acier est à son plus bas sur les marchés. »

— Une citation de  Le président-directeur général d'Essar Steel Algoma, Kalyan Ghosh

Kalyan Ghosh ajoute que se placer sous la protection de ses créanciers donnera à l'entreprise le temps de consolider ses acquis.

Essar Steel Algoma a aussi emprunté 200 M$ à la banque européenne Deutsche Bank afin de repayer ses dettes.

L'annonce a pris par surprise le syndicat des Métallos, qui représente plus du deux tiers des 3000 employés de la deuxième plus importante aciérie au pays. 

« Il faut à nouveau tenter de protéger les acquis des travailleurs et des retraités », dit le président du local 2251, Michael DaPrat.

Le syndicat s'affaire en ce moment à préparer une présentation devant les tribunaux pour s'assurer que les salaires et le régime de retraite seront maintenus.

Une situation qui rappelle celle de mars 2014, lorsque Essar Steel Algoma s'est placée sous la protection de ses créanciers afin de restructurer une dette d'un milliard de dollars.

Marché en difficulté

Selon le professeur à la Faculté de Gestion de l'Université Laurentienne, Jean-Charles Cachon, le marché mondial du fer est en difficulté.

« Les prix du fer en général et du minerai de fer sont très très bas depuis deux ans, à la suite au ralentissement du marché chinois », explique le spécialiste en stratégie de gestion.

« Aux États-Unis, en Europe, tous les producteurs au niveau mondial ont les mêmes difficultés (...) Une reprise éventuelle est possible, mais il faut également qu'il y ait une baisse de la production pour que les entreprises redeviennent rentables. »

— Une citation de  Jean-Charles Cachon, professeur à la Faculté de Gestion de l'Université Laurentienne

Cliquez ici pour écouter notre entrevue avec Jean-Charles Cachon, professeur à la Faculté de Gestion de l'Université Laurentienne (Nouvelle fenêtre)

En ce qui concerne Essar Steel Algoma, l'entreprise est la filiale d'un conglomérat indien en bonne santé financière et a donc peu de chance de fermer ses portes, indique M. Cachon. 

En juillet dernier, l'aciérie avait lancé un projet de modernisation de 240 M$ pour être plus concurrentielle sur les marchés internationaux.

Les gouvernements fédéral et provincial ont payé 30 M$ chacun pour financer le projet de modernisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario