•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suicides à Uashat-Maliotenam : le chef lance un appel à Justin Trudeau

Suicides à Uashat-Maliotenam: le conseil de bande réagit

Radio-Canada

Le conseil de bande de Uashat-Maliotenam réclame des mesures concrètes pour mettre fin à la vague de suicides qui ébranle la communauté depuis la dernière année.

Le chef Mike Mckenzie et les conseillers de la communauté innue ont salué la décision du gouvernement Couillard de tenir une enquête publique du coroner pour faire la lumière sur les causes et les circonstances qui ont amené Nadeige Guanish, une jeune mère de 18 ans de Uashat-Maliotenam, à se suicider le 31 octobre. 

Toutefois, ils souhaitent l'intervention du premier ministre du Canada. Ils réclament la venue de Justin Trudeau pour qu'il constate la problématique dans la communauté et pour qu'il soutienne une enquête publique nationale sur le sort des femmes autochtones assassinées ou disparues.

Nous sommes en crise. Il faut que toutes les autorités reconnaissent que nous sommes capables tous ensemble de la régler rapidement.

Mike Mckenzie, chef de la communauté innue de Uashat-Maliotenam

Réflexion sur le suicide

Le conseil de bande et la famille de la victime, Nadeige Guanish, sont conscients que de multiples facteurs ont contribué au geste fatal de la jeune femme. Ils souhaitent qu'une réflexion soit menée sur l'ensemble des raisons qui mènent des jeunes Autochtones à s'enlever la vie.

Nadeige Guanish, une jeune mère de 18 ans de Uashat-Maliotenam, s'est enlevée la vie, le 31 octobre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nadeige Guanish, une jeune mère de 18 ans de Uashat-Maliotenam, s'est enlevée la vie, le 31 octobre.

Photo : ICI Radio-Canada

« Ce qu'on a réalisé, c'est qu'elle avait beaucoup d'amis, donc plusieurs jeunes vulnérables dans la communauté », souligne la tante de Nadeige Guanish, Marie-Luce Jourdain. 

Le suicide de Nadeige est le symptôme d'un problème plus grand qu'il faut régler. Il faut trouver des solutions, pour que ce soit le dernier. Il y en a déjà trop.

Marie-Luce Jourdain, tante de Nadeige Guanish et porte-parole de la famille. 
Marie-Luce Jourdain, tante de Nadeige GuanishAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Luce Jourdain, tante de Nadeige Guanish

Le chef du conseil de bande de Uashat-Maliotenam rappelle qu'au cours de la dernière année, cinq personnes ont mis fin à leurs jours dans sa communauté, qui compte environ 3700 membres.

En plus d'interpeller le premier ministre du Canada, le conseil de bande demande à Philippe Couillard de lancer une commission publique sur les facteurs systémiques qui nuisent aux relations entre les institutions québécoises et les Premières Nations.

Les mesures réclamées par le conseil de bande :

  •  Un meilleur financement du Service de police de Uashat-Maliotenam afin de mieux intervenir dans la communauté
  •  La création d'escouades mixtes avec les différents services de police pour réduire la disponibilité de se procurer des substances illicites
  •  Le soutien à la communauté pour des programmes de prévention et la promotion d'un mode de vie sain
  •  Le soutien aux intervenants en situation de crise et la mise en place d'un programme de suivi pour éviter les rechutes
  •  Le développement de services avec les partenaires du réseau québécois pour des besoins spécialisés

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société