•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 ans des Huskies : controverse et référendum entourant l'agrandissement de l'aréna Dave-Keon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'aréna du Centre récréatif Dave-Keon est la maison des Huskies de Rouyn-Noranda depuis l'implantation de l'équipe à Rouyn-Noranda, en 1996-97. En 2009, peu se doutaient qu'un projet de rénovation de l'aréna allait soulever une importante polémique qui allait amener Rouyn-Noranda à un référendum sur la question du financement. Par le fait même, le projet allait propulser la carrière politique du nouveau maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher.

L'aréna du Centre récréatif Dave-Keon est la maison des Huskies de Rouyn-Noranda depuis l'implantation de l'équipe à Rouyn-Noranda, en 1996-97. En 2009, peu se doutaient qu'un projet de rénovation de l'aréna allait soulever une importante polémique qui allait amener Rouyn-Noranda à un référendum sur la question du financement. Par le fait même, le projet allait propulser la carrière politique du nouveau maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher.

Un article de Félix B. DesfossésTwitterCourriel

Un aréna désuet

Le Centre récréatif de Noranda a été construit en 1951. Plus de 50 ans plus tard, en 2009, il s'agissait du plus petit aréna de la LHJMQ avec ses 2150 sièges. Le principal projet était donc d'agrandir l'aréna de manière à y ajouter 1000 sièges de plus. De nombreux équipements étaient aussi à moderniser.

Dépenses prévues en 2009 :

  • Réaménagement et mise aux normes de l'aréna
  • Ajout de places assises et de loges
  • Relocalisation de services (restaurants, etc.)
  • Achat de mobiliers et d'équipements

Coût total : 11 159 000 $

En février 2009, l'organisation des Huskies de Rouyn-Noranda annonçait avoir reçu des subventions complétant le financement des travaux à faire. La Ville avait donc en poche 11,2 millions de dollars afin de rénover son aréna.

Le montant total devait être partagé par les gouvernements provinciaux et fédéraux ainsi que par la Ville de Rouyn-Noranda. La part à payer par la municipalité s'élevait à 4,2 millions. 70 % de ce montant devait être remboursé par des gens d'affaires alors que le 30 % restant allait être chargé aux contribuables.

Financement :

  • Gouvernement fédéral : 3 509 193 $ (31,5%)
  • Gouvernement provincial : 3 509 193 $ (31,5 %)
  • Gens d'affaires : 2 898 429 $ (26 %)
  • Taxes foncières : 1 242 184 $ (11 %)

Un maire par intérim et une opposition au projet

À ce moment, le maire de Rouyn-Noranda était Roger Caouette. C'est ce dernier qui a mené le projet de rénovations de l'aréna de ses balbutiements jusqu'à l'obtention des subventions. Mais devant la nécessité de subir d'une intervention chirurgicale, M. Caouette a choisi de laisser sa place. Le conseiller municipal Mario Provencher est alors choisi comme suppléant.

« Après son opération, il décide de démissionner parce qu'il était fatigué de son opération, ce sont ses raisons qui lui appartiennent. Le conseil m'a élu par intérim », continue le maire Provencher.

Malgré l'obtention de subventions, le nouveau maire fait face à une forte opposition relativement à l'agrandissement de l'aréna.

Il y a des gens qui trouvaient que l'agrandissement de l'aréna était complètement inutile. Et dans les procédures, lorsqu'une ville emprunte, autant qu'une ville doit emprunter pour elle-même, elle doit emprunter pour le gouvernement. Donc, le gouvernement, quand il donne une subvention de 3 millions, on emprunte pour lui et il nous fait des paiements sur 20 ans.

Une citation de :Mario Provencher

Devant cette opposition, une solution s'est imposée.

Le référendum

À la grande surprise de partout à travers le Québec, on a dû aller en référendum. C'était une première au Québec! Ça ne s'était jamais vu.

Une citation de :Mario Provencher

Une loi municipale stipulait à cette époque que si 2,5 % d'une population s'opposait à un projet, un référendum pouvait être demandé. À Rouyn-Noranda, cela représentait 763 personnes. Ce sont 867 personnes qui ont signé un registre à l'hôtel de ville de Rouyn-Noranda, forçant la tenue d'un référendum sur le règlement d'emprunt.

Le référendum a eu lieu le 14 juin 2009. Environ 10 000 citoyens ont participé au référendum.

Résultat final : 92 % pour le oui.

Une cause qui a propulsé la carrière du maire Provencher

« Pour moi qui étais jeune maire, j'étais maire par intérim, ça a été une très belle expérience. On a eu beaucoup de présentations publiques où on a dû expliquer le projet. », explique M. Provencher. Appuyant fermement le projet, il a saisi toutes les tribunes qui lui ont été offertes pour faire la promotion de l'agrandissement de l'aréna.

Ça m'a permis vraiment de me faire valoir et je ne le cache pas. Dans la vie, c'est toujours une question de timing [...] J'ai eu l'appui de l'équipe qui a fait en sorte que j'ai été capable d'y travailler. Et moi, j'y croyais. Les Huskies, c'est un moteur économique à Rouyn-Noranda. Les gens ne réalisent pas les retombées que ça donne.

Une citation de :Mario Provencher

En 2015, Mario Provencher est toujours maire de Rouyn-Noranda.

Des travaux plus longs et plus couteux que prévu

Les travaux ont débuté en 2010 et se sont échelonnés jusqu'à 2011. Des dépassements de coût de 2,1 millions de dollars ont été comptés. Des retards ont aussi été rencontrés dans les travaux.

Le jeudi 24 novembre 2011, les Huskies ont finalement pu disputer leur premier match à l'aréna nouvellement baptisé Iamgold.

Une finition extérieure qui créé la controverse

L'aréna Iamgold de Rouyn-NorandaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'aréna Iamgold de Rouyn-Noranda

Une fois les travaux terminés, la Ville de Rouyn-Noranda n'était pas au bout de ses peines. L'aspect et les couelurs de la finition extérieure ont déplu à plusieurs personnes. Les teintes de beige, de brun, de rouge et d'orange peuvent effectivement détonner avec l'environnement du quartier du Vieux-Noranda.

Mario Provencher se souvient de la controverse.

Avec la collaboration de Martin Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !