•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les défibrillateurs sont-ils suffisamment accessibles?

Défibrillateur
Le défibrillateur qui a servi à sauver la vie de M. Manuel Photo: ICI Radio-Canada/Antoine Trépanier

Les défibrillateurs peuvent augmenter les chances de survie de 75 % lors d'un arrêt cardiaque, mais une nouvelle étude à Toronto montre qu'un nombre important de défibrillateurs ne sont pas accessibles au public lors d'une situation d'urgence, tout simplement parce qu'ils sont dans des endroits fermés à clé.

Les chances de survie diminuent de 10 % à chaque minute écoulée sans défibrillation, explique Eva Naumovski, présidente du réseau Mikey, qui sensibilise le public à l'utilisation de défibrillateurs.

Selon une étude de l'Université de Toronto réalisée en collaboration avec l'hôpital St-Michael's, 20 % des arrêts cardiaques qui ont lieu à 100 m d'un défibrillateur surviennent alors que ce défibrillateur n'est pas accessible parce que les portes sont fermées et que l'accident se produit en dehors des heures d'ouverture.

À Toronto, plus de 800 défibrillateurs sont placés dans près de 700 lieux publics appartenant à la Municipalité. De nombreuses entreprises privées ont aussi fait le choix de s'équiper de défibrillateurs.

Tim chan, l'un des chercheurs qui a participé à l'étude explique que les défibrillateurs sont souvent placés dans des endroits où les gens sont susceptibles d'avoir des arrêts cardiaques, comme les arénas, mais qu'il faut aussi tenir compte de leur accessibilité 24 h sur 24, ce qui peut selon lui faire la différence entre la vie et la mort.

Avec le reportage de Stéphane Blais

Nord de l'Ontario

Santé