•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse des impôts : des familles sceptiques quant à l'impact réel de la mesure

Justin Trudeau aidera-t-il la classe moyenne?
Radio-Canada

Le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a promis de baisser les impôts de la classe moyenne tout en haussant ceux des contribuables les mieux nantis. Des familles de l'Atlantique se demandent cependant si cette mesure sera suffisante pour améliorer leur qualité de vie.

La première mesure que souhaite instaurer Justin Trudeau vise les familles moyennes, comme celle de Marie Chamberland, qui a parfois de la difficulté à joindre les deux bouts.

« On a l'impression que les coûts d'un peu tout augmente et malheureusement les salaires ne vont pas dans la même direction que les frais qu'on a à payer en général », dit Marie Chamberland.

Marie Chamberland et sa fille RoseMarie Chamberland et sa fille Rose Photo : ICI Radio-Canada

Les impôts des contribuables qui gagnent entre 44 000 $ et 89 000 $ annuellement seront réduits de 7 %.

En revanche, ceux des mieux nantis, dont le salaire dépasse les 200 000 $ par année, augmenteront de 14 %.

L'économiste Pierre-Marcel Desjardins souligne que plusieurs familles pourraient être déçues de constater qu'ils ne font pas partie de 122 mille Néo-Brunswickois qui cadrent dans la définition de « classe moyenne ».

Ça va être plus symbolique, qu'avoir un impact économique.

Pierre-Marcel Desjardins, économiste

« Probablement la majorité de la population du Nouveau-Brunswick va se retrouver à l'extérieur de cette définition et donc ne sera pas bénéficiaires de cette réduction », explique Pierre-Marcel Desjardins.

« La promesse du gouvernement Trudeau c'est un plus pour les familles moyennes. Est-ce que c'est suffisant? J'en doute. Je pense qu'il y a beaucoup à faire à ce niveau-là. Mais on va prendre tout ce qui passe qui est plus avantageux c'est certain », dit la mère de famille.

Les économies seront moindres pour les familles moyennes, selon Pierre-Marcel Desjardins.

« Je ne suis pas convaincu que les gens vont modifier d'une manière importante leur comportement au niveau de la consommation pour douze dollars par semaine »,croit l'économiste.

Marie Chamberland attend maintenant de voir si le nouveau gouvernement fédéral sera aussi engagé envers les familles qu'il l'a promis.

D'après les informations de Julie-Anne Lapointe

Acadie

Société