•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement de l'A321 : la piste de l'attentat hautement probable, selon Londres

Un hélicoptère militaire égyptien survole les débris de l'Airbus A321.

Un hélicoptère militaire égyptien survole les débris de l'Airbus A321.

Photo : Mohamed Abd El Ghany / Reuter

Reuters

Il est hautement probable que l'écrasement de l'A321 de la compagnie russe Metrojet qui s'est écrasé samedi matin dans le Sinaï ait été provoqué par un engin explosif, a déclaré mercredi le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond.

S'exprimant après un conseil de crise présidé par le premier ministre David Cameron, Philip Hammond a également annoncé la suspension des vols d'avions civils britanniques vers la station balnéaire égyptienne de Charm el Cheikh, d'où s'est envolé l'Airbus de Metrojet.

Nous sommes parvenus à la conclusion que l'hypothèse selon laquelle l'écrasement a été provoqué par un engin explosif placé à bord de l'avion est hautement probable.

Le secrétaire au Foreign Office

« À partir de maintenant, il n'y aura aucun vol de passagers vers Charm el Cheikh », a-t-il dit.

Lieu approximatif de l'écrasement de l'avion russe dans le Sinaï égyptienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lieu approximatif de l'écrasement de l'avion russe dans le Sinaï égyptien

Piste terroriste

Aux États-Unis, également, la piste terroriste se précise. Citant un responsable américain sans le nommer, la chaîne d'information américaine CNN rapporte de son côté que l'écrasement est vraisemblablement imputable à une bombe posée par le groupe armé État islamique ou par un groupe affilié.

La source de CNN précise toutefois que les services de renseignements américains ne sont pas encore parvenus à une conclusion formelle.

« L'impression qui prévaut, c'est qu'un engin explosif a été introduit dans une valise ou quelque part dans l'avion », dit CNN citant sa source.

Plus tôt, une source égyptienne a déclaré à Reuters que l'A321 avait vraisemblablement explosé tout en prévenant qu'il était encore trop tôt pour dire avec certitude si l'explosion est liée à une bombe, au carburant ou à un problème de moteur, apprend-on de source égyptienne.

« On pense que c'était une explosion, mais quel type, ce n'est pas clair. On est en train d'examiner le sable sur le site de l'écrasement pour tenter de déterminer si c'était une bombe », a-t-on dit à Reuters.

Selon une source proche de l'aviation civile russe, l'enquête se concentre sur deux pistes, dont celle d'un objet placé dans l'avion.

Il y a deux pistes à l'étude : quelque chose qui a été placé à l'intérieur (de l'avion) et la défaillance technique. Mais un avion ne peut pas se disloquer en plein ciel sans raison. Il est peu probable qu'il s'agisse d'un missile puisque rien ne l'atteste.

Source égyptienne

L'écrasement a une nouvelle fois été revendiqué mercredi par la Province du Sinaï, émanation égyptienne du groupe armé État islamique, mais Le Caire continue de contester ces affirmations.

L'appareil de Metrojet s'est écrasé avec 224 personnes à son bord, en grande majorité de nationalité russe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International