•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau ministre des Pêches : un vent de changement en Atlantique

Le nouveau ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Hunter Tootoo

Le nouveau ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Hunter Tootoo

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

La nomination d'un ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, originaire du Nunavut, est bien accueillie en Atlantique.

L'important ministère ne sera pas occupé par un ministre de la région atlantique, comme il l'a été depuis de nombreuses années, mais bien par Hunter Tootoo.

Il succède ainsi à Gail Shea, qui était députée de Egmont, à l'Île-du-Prince-Édouard. Mme Shea était très populaire auprès des pêcheurs de l'île.

On soupçonnait que possiblement, après quatre ou cinq ministres qui étaient de l'Atlantique, que ça pourrait aller dans l'Ouest canadien.

Christian Brun, directeur général de l'Union des pêcheurs maritimes

Avant de se lancer sur la scène fédérale, le député d'origine autochtone, Hunter Tootoo, a été député de l'Assemblée législative du Nunavut pendant 14 ans et a occupé au moins quatre postes de ministre.

« Il y a une certaine inquiétude par rapport au fait qu'il n'a pas d'expérience dans les pêches, mais je pense qu'on doit laisser à tout coureur leur chance de se prouver », dit le directeur général de l'Union des pêcheurs de Maritimes (UPM), Christian Brun.

Nouveau ministre, nouvelle dynamique

Les intervenants du secteur de la pêche sont unanimes : la nomination d'un ministre d'une autre région que l'Atlantique fera un grand bien à l'industrie.

« Je crois que c'est un choix intéressant parce que ça va amener une nouvelle dynamique et une perspective culturelle très différente de ce qu'on a connu précédemment », explique le consultant en pêches, Jean St-Cyr.

« Chose certaine, ça va beaucoup changer du style de madame Shea qui elle était très protectrice, si vous voulez, des intérêts des pêcheurs de sa province. Je crois que M. Tootoo va avoir une approche beaucoup plus globale et un peu plus détachée », ajoute-t-il.

Pour une fois on aura un vent de fraîcheur au niveau du ministère des Pêches. On n'arrive pas avec des agendas dictés par soit l'industrie d'une région ou d'une province en particulier.

Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels

« On espère que son éloignement de tous ces dossiers-là [...] lui permettra d'avoir un point de vue beaucoup plus objectif », dit Christian Brun.

« On a toujours eu des problèmes, lorsqu'un ministre vient d'une province, il y a beaucoup de compétition, il y a beaucoup d'intérêts qui se manifestent (...) j'ai le sentiment qu'il aura une approche beaucoup plus neutre », croit l'ancien directeur général de l'Association des pêcheurs professionnels acadiens, Gastien Godin.

Le homard: priorité des pêcheurs

L'UPM a des attentes bien précises envers le nouveau ministre. Christian Brun dit que la priorité des pêcheurs en Atlantique est « une augmentation graduelle de la taille minimale [de la carapace du homard] jusqu'à 76 mm dans la région du détroit de Northumberland ».

Il ajoute que cela doit « débuter immédiatement la saison prochaine » et que « c'est la plus grande priorité et celle qui a un impact sur tous les aspects de la pêche ».

Le fait que M. Tootoo soit loin de l'Atlantique ne signifie pas qu'il sera insensible aux enjeux de la région, croit Jean St-Cyr.

« Il y a des intérêts du Nunavut qui sont impliqués dans les pêches de l'Atlantique, notamment dans la crevette », explique-t-il.

Acadie

Politique fédérale