•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incidents de Val-d'Or : Philippe Couillard rencontre les chefs autochtones

Le premier ministre Philippe Couillard en compagnie du chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, et du ministre des Affaires autochtones Geoffrey Kelley.

Le premier ministre Philippe Couillard en compagnie du chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, et du ministre des Affaires autochtones Geoffrey Kelley.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a rencontré ce matin les chefs autochtones de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador à Montréal. La rencontre avait pour but de faire le point sur les mesures prises par Québec à la suite des allégations de sévices, d'abus de pouvoir et d'agressions sexuelles lancées par des femmes autochtones de Val-d'Or contre des policiers de la Sûreté du Québec.

Les chefs réclament une commission d'enquête publique sur le travail des policiers à l'égard des femmes autochtones.

Nomination contestée

Fannie Lafontaine, professeure à la Faculté de droit de l'Université LavalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Fannie Lafontaine, professeure à la Faculté de droit de l'Université Laval

Il a également été question de la nomination de Fannie Lafontaine, une experte en droit international, comme observatrice indépendante, comme promis par Québec, pour surveiller le processus de l'enquête policière du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Les chefs autochtones estiment qu'il est prématuré de nommer qui que ce soit alors qu'ils n'ont toujours pas approuvé le processus d'enquête. Ils ne sont pas d'accord avec cette nomination.

On avait cru que ce serait un processus qui serait au moins conjoint, alors que c'est loin d'être le cas.

Ghislain Picard, Chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador

M. Picard indique qu'il y avait une autre option, qui permet aux Premières Nations de « nommer elles-mêmes un observateur aussi ».

Fannie Lafontaine est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux, à l'Université Laval. Avocate et membre régulier de l'Institut québécois des hautes études internationales, elle agit également comme chercheuse au Programme Paix et sécurité internationales. Elle a entre autres été conseillère et spécialiste en droits de l'homme au cabinet exécutif de la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme à Genève, adjointe au président et spécialiste en droits de l'homme au sein de la Commission internationale d'enquête sur le Darfour.

Tenue habituellement à 11 h, la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres a été reportée à midi, à Québec.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société