•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Poëti dit non au péage pour réduire la congestion dans le Grand Montréal

Heure de pointe aux abord du pont Champlain.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un non poli, mais ferme. Il ne faut pas « punir » les automobilistes, dit le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, qui est également responsable de la grande région de Montréal. Il rejette l'idée de faire payer les automobilistes qui se rendent en ville pour travailler. Le ministre réagissait au rapport de la Commission de l'écofiscalité du Canada, rendu public ce matin.

« Qu'est-ce qu'on offre comme alternative? », s'interroge M. Poëti. Le ministre rappelle que le gouvernement déposera dans quelques semaines un projet de loi « sur une nouvelle gouvernance en transport collectif », qui est à ses yeux la solution au problème de la congestion routière.

De son côté, Luc Ferrandez, chef de l'opposition à l'hôtel de ville, sans appuyer ouvertement l'idée, se dit ouvert à une discussion sur le sujet.

On est en faveur d'une discussion sur les revenus qu'on doit donner pour le financement du transport.

Luc Ferrandez, chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Montréal

Mais avant les péages, il faut se pencher sur la taxe sur l'essence. Il souhaite que cette taxe soit spécifiquement dédiée au transport en commun.

Pour la Commission de l’écofiscalité du Canada, il faut passer par la tarification routière pour réduire la congestion dans le Grand Montréal. 

La commission  propose de mettre sur pied un projet pilote  pour venir à bout de ce problème « avant qu’il ne s’aggrave ».

Mais l’idée d’un péage sur le futur pont Champlain n’est-elle pas en contradiction avec la promesse électorale du premier ministre désigné Justin Trudeau?

En entrevue à Radio-Canada, Paul Lanoie, commissaire à la Commission de l’écofiscalité du Canada, estime que « la promesse de M. Trudeau était de ne pas se servir du péage pour payer cette infrastructure ». Il croit que cela n’exclut pas l’idée « d’une tarification cohérente dans la région de Montréal ».

M. Lanoie explique que la tarification est une solution dans un ensemble de mesures incluant notamment plus de transport en commun et de stationnement  incitatif.

Les péages qu'on propose, ce sont des péages à l'heure de pointe.

Paul Lanoie, commissaire à la Commission de l’écofiscalité du Canada

Paul Lanoie insiste : il s’agit de la tarification de la congestion. La commission entend amener la réflexion sur la place publique et non proposer une tarification précise. Le commissaire cite toutefois l’exemple de Stockholm, où le passage coûte approximativement l’équivalent de 3 $ « à l’heure de pointe la plus congestionnée ».

Cela ne risque-t-il pas de nuire à l’Économie de Montréal?

Pour Chris Ragan, président de la Commission de l’écofiscalité du Canada , le temps perdu dans la congestion routière ralentit la circulation des marchandises et « fait augmenter les prix de la plupart des produits que nous achetons ». Il précise que les temps de déplacement sont plus longs à Montréal que presque partout ailleurs pays et  que la moitié des Montréalais consacrent chaque jour au moins deux heures à l’aller-retour entre le travail et la maison.

Mauvais pour la santé

La congestion routière accroît la pollution atmosphérique causée par les véhicules, « contribuant à des problèmes de santé comme l’asthme, l’hypertension artérielle, les affections cardiovasculaires, le diabète et le stress », indique la Commission de l’écofiscalité du Canada.

Il faut donner aux Montréalais l’occasion de faire l’essai de la tarification de la congestion, d’en constater les résultats et de décider eux-mêmes de l’intérêt de cette approche.

Chris Ragan, président de la Commission de l’écofiscalité du Canada

M. Ragan estime qu’il faut « faire bouger les choses dans toutes les villes du pays, et on ne pourra y arriver sans un fructueux débat sur la tarification de la congestion ».

Qu’est-ce que la Commission de l’écofiscalité du Canada?

C’est un groupe indépendant des différents paliers  de gouvernements, qui s’est donné pour mission de faire valoir la place de l’écofiscalité comme solution à certains problèmes environnementaux. Il est financé principalement par des fondations. Une douzaine d’économistes agissent au sein de ce groupe comme commissaires. On y trouve également des personnalités  publiques comme les anciens premiers ministres Jean Charest et Paul Martin. 

Société