•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU a toujours espoir de limiter la hausse des températures à 2 °C

Changements climatiques
Changements climatiques Photo: AP/Andy Wong
Reuters

Les propositions avancées par près de 150 pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre permettront de ralentir le changement climatique d'ici la fin du siècle et d'alimenter l'espoir de limiter la hausse des températures à 2 degrés Celsius, ont estimé vendredi les Nations unies, tout en soulignant la nécessité d'en faire davantage.

Les stratégies nationales permettraient de limiter la hausse des émissions mondiales à 56,7 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an d'ici 2030, soit quatre milliards de tonnes de moins qu'estimé sans nouvelles mesures, contre 49 milliards en 2010, précise l'ONU dans un rapport sur l'impact sur la planète de plus de 140 « plans d'action climat » nationaux.

« Pleinement mis en oeuvre, ces plans commencent ensemble à ouvrir une brèche significative dans la croissance des émissions de gaz à effet de serre : ils font office de plancher et fournissent la fondation sur laquelle une plus grande ambition pourra être construite », a déclaré Christiana Figueres, chef de secrétariat de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Les plans nationaux, dénommés « Contributions prévues déterminées au niveau national » (INDC), serviront de base aux discussions de la COP21, c'est-à-dire la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Le rapport de CCNUCC conclut que « la réponse mondiale au changement climatique garde la porte ouverte à la limite de température de 2 degrés Celsius », l'objectif affiché de la COP21.

Pour Christiana Figueres, les plans nationaux « ont la capacité de limiter l'élévation de la température prévue à environ 2,7 degrés Celsius d'ici 2100, ce qui n'est en aucun cas suffisant, mais se situe beaucoup plus bas que les quatre, cinq degrés, voire plus, de réchauffement projeté par beaucoup avant les INDC ». 

Paris souhaite « des efforts supplémentaires » 

En 2010, près de 200 pays se sont engagés à limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à la période préindustrielle, un objectif qui suppose que la conférence de Paris débouche sur une accélération importante des efforts de lutte contre le changement climatique.

La température moyenne du globe a en effet déjà augmenté d'environ 0,9 degré par rapport à la période de référence.

Le rapport publié vendredi par l'ONU constitue la synthèse la plus complète à ce jour des plans d'action nationaux visant à ralentir le réchauffement lié à l'activité humaine.

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangèresLaurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères Photo : AFP / JOHANNES EISELE

Les plans pris en compte couvrent 86 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et l'un des résultats clés de leur analyse est que leur mise en application intégrale permettrait de faire baisser la moyenne mondiale des émissions par personne de jusqu'à 8 % d'ici 2025 et jusqu'à 9 % d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990.

 « Ce rapport montre que les contributions nationales permettent de changer la donne et nous éloignent du pire, c'est à dire d'un réchauffement à 4 °C-5 °C ou plus », a déclaré Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, qui présidera la COP21.

 « Il confirme qu'il est possible d'obtenir une trajectoire permettant de limiter le réchauffement en dessous de 1,5 °C-2 °C d'ici la fin du siècle, mais cela implique des efforts supplémentaires dans le temps. »

Paris souhaite que la COP21 débouche sur un accord permettant de revoir périodiquement à la hausse les contributions nationales.

Le groupe indépendant de chercheurs européen Climate Action Tracker estime pour sa part que les plans nationaux impliquent une élévation de température de 2,7 degrés d'ici 2100. Plus pessimiste encore, un groupe d'experts américains, Climate Interactive, prévoit une hausse de 3,5 °C.

La CCNUCC n'a pas publié de prévision d'évolution des températures à l'horizon 2100, car les plans nationaux ne portent que jusqu'à 2030. 

Environnement