•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tempête à Percé : découragé, le maire évalue les dommages à 500 000 $

La Maison du pêcheur, Percé.

La Maison du pêcheur, Percé.

Photo : Steven Melanson

Radio-Canada

Constatant les dégâts à la promenade de Percé, à la suite de la tempête de jeudi, le maire André Boudreau évalue les dommages à 500 000 $, « seulement pour les réparations urgentes ».

Un texte de Brigitte DubéTwitterCourriel

D'après une entrevue réalisée par Yves Larouche, à l'émission Bon pied bonne heure

C'est la désolation. Tout le tablier est arraché sur 200 pieds. Il reste un garde-corps sur cinq. La structure de ciment est fragilisée et le terrain est mangé sur environ une quinzaine de pieds. [...] Et c'est la place la plus stratégique.

André Boudreau, maire de Percé

Le maire explique que la terre sous la promenade ainsi que le terrain entre celle-ci et les habitations et commerces sont encore vulnérables. Le système électrique est touché.

Je vois des craques dans le mur de protection. S'il y a une section qui tombe, ça rentre dans le terrain et ça rentre dans le village. [...] Des tempêtes, il va y en avoir encore cet hiver.

André Boudreau, maire de Percé

« Ramassez vos guenilles! » dit le maire

Selon M. Boudreau, des bâtiments seraient maintenant vulnérables si une nouvelle tempête survenait. Se disant exténué par ce dossier, il entend bien réclamer du gouvernement qu'il redevienne propriétaire de cette promenade, cédée à la Ville en 1998 avec un chèque de 200 000 $.

Il faut arrêter de la "patcher". [...] On vient qu'on ne sait plus quoi faire. [...] Ça fait deux ans que je me promène avec mon dossier. [...] Ce matin, c'est sûr et certain, on demande le transfert de cette structure-là au gouvernement du Québec. Ça leur appartient. Ramassez vos guenilles!

André Boudreau, maire de Percé

Par ailleurs, les secteurs de Percé, de Gaspé et du parc national Forillon sont visés par une alerte de vents violents pour vendredi. Le directeur régional de la Sécurité civile, Jacques Bélanger, dit qu'il faut faire preuve de vigilance.

On risque d'avoir encore aujourd'hui de grandes marées. La pression atmosphérique est très basse et on prévoit des vents avec rafales pouvant atteindre 90 km/h.

Jacques Bélanger, directeur de la Sécurité civile Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Selon M. Bélanger, ailleurs en Gaspésie, il y a eu des signalements selon lesquels l'eau a monté près des maisons hier, mais aucun dégât n'a été rapporté pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Environnement